/world/pacificasia
Navigation

La Chine impose des mesures antidumping sur le vin australien

La Chine impose des mesures antidumping sur le vin australien
AFP

Coup d'oeil sur cet article

La Chine a accentué vendredi sa pression sur l’Australie avec l’imposition de mesures antidumping visant les vins australiens importés, dernier signe des tensions diplomatiques croissantes entre les deux partenaires commerciaux. 

• À lire aussi: Les accusations chinoises de dumping inquiètent les vignerons australiens

Dans un communiqué, le ministère chinois du Commerce indique qu’une enquête préliminaire montre que l’industrie viticole chinoise a subi un « préjudice important » en raison d’un dumping sur le vin australien. À compter de samedi, les importations de vin australien seront soumises à des surtaxes comprises entre 107,1 et 212,1 %, précise le document.

  • Écoutez le chroniqueur de politique internationale Loïc Tassé avec Benoit Dutrizac sur QUB Radio:

Le dumping, dont Pékin accuse Canberra, est une pratique qui consiste notamment à vendre à l’étranger à des prix inférieurs à ceux pratiqués sur le marché national.

En août, le ministère chinois du Commerce avait annoncé le lancement d’investigations visant les crus australiens importés sur l’ensemble de l’année 2019, dans un contexte de tensions croissantes entre la Chine et l’Australie.

Les relations entre Pékin et Canberra sont tendues depuis que le premier ministre australien Scott Morrison s’est aligné sur les États-Unis, en appelant en avril à une enquête internationale sur les origines de l’épidémie de nouveau coronavirus. 

Fin avril, l’ambassadeur de Chine à Canberra, Cheng Jingye, avait averti que la demande d’enquête australienne sur le Covid-19 pourrait entraîner un boycottage de la part des consommateurs chinois.

« Peut-être que les gens diront “Pourquoi boire du vin australien? Manger du bœuf australien? ", avait déclaré l’ambassadeur dans une menace à peine voilée.

Les exportations de vin australien vers le pays asiatique ont atteint l’an passé 1,25 milliard de dollars australiens (760 millions d’euros), selon Canberra. C’est le plus grand marché à l’export pour ce produit. 

Principal partenaire commercial de l’Australie, la Chine avait déjà restreint les importations de bœuf australien, imposé des droits de douane sur l’orge australienne et découragé ses citoyens de se rendre dans le pays.

Pour sa part, l'Australie a affirmé qu'elle « défendra ardemment » son secteur viticole contre les surtaxes imposées par Pékin.