/news/politics
Navigation

Legault choqué des cadeaux offerts à des mafieux

Le premier ministre réclame des explications sur la sécurité au Casino de Montréal

Quebec
Photo Stevens LeBlanc « Je trouve ça inacceptable. Loto-Québec ne peut pas être là pour aider le crime organisé à blanchir de l’argent », s’est scandalisé le premier ministre François Legault, en réagissant au reportage de notre Bureau d’enquête.

Coup d'oeil sur cet article

Le premier ministre François Legault presse Loto-Québec de rendre des comptes pour éviter que des mafieux viennent blanchir leur argent au casino tout en bénéficiant de cadeaux et de privilèges.

• À lire aussi: Le tapis rouge pour le crime organisé au Casino

• À lire aussi: Le chef mafieux Stefano Sollecito appelle pour ses cadeaux

• À lire aussi: Loto-Québec refuse une entrevue sur le crime organisé

« Je trouve ça bien effrayant de dire qu’on encourage presque les gens du crime organisé à blanchir de l’argent et qu’on leur offre même des cadeaux », a déclaré le premier ministre François Legault, en réaction au reportage de notre 

 Bureau d’enquête. « Personnellement, j’ai appris ça dans Le Journal ce matin », a avoué le chef du gouvernement québécois.

Selon lui, il appartient à Loto-Québec de « faire un minimum de vérifications pour s’assurer que les gens qui viennent au casino, ce n’est pas pour blanchir de l’argent », a-t-il continué en plus de qualifier la situation d’« inacceptable ».

Le gouvernement décidera de « la suite des choses » selon « la clarté » des réponses que le ministre des Finances obtiendra de la part de Loto-Québec, a expliqué le premier ministre.

Qui sont les hommes et les femmes derrière nos politiciens? Emmanuelle présente... un balado animé par Emmanuelle Latraverse.

Commission d’enquête rejetée

Abasourdis par les révélations de notre Bureau d’enquête, les partis d’opposition ont réclamé jeudi matin la tenue d’une commission d’enquête indépendante pour faire la lumière sur la présence du crime organisé dans les casinos de Loto-Québec.

Une motion en ce sens de Québec solidaire appuyée par le Parti libéral du Québec et le Parti québécois a finalement été rejetée par le gouvernement.

« Nous serons en mesure de rectifier totalement la situation », a assuré le ministre de la Justice et leader parlementaire du gouvernement, Simon Jolin-Barrette.

« (Les criminels au casino), on leur ouvre la porte puis on leur donne des cadeaux pour les encourager à s’infiltrer. [...] La famille Rizzuto, c’est connu que ce n’est pas des vendeurs de légumes », s’est indigné le co-porte-parole de Québec solidaire, Gabriel Nadeau-Dubois.

Des questions sans réponses

Chambres d’hôtel, billets de spectacle et cartes privilèges : le député solidaire Vincent Marissal s’est étonné de voir tout ce que Loto-Québec a pu offrir aux mafieux qui fréquentent ses maisons de jeux.

« C’est un volontariat, ma foi, assez surprenant », a déploré M. Marissal, qui peine à croire que les informations rapportées dans le Journal de jeudi ne se soient pas rendues jusqu’aux plus hauts niveaux de l’État dans les dernières années.

« Ce n’est jamais arrivé à mes oreilles, sinon on aurait agi », s’est défendue la cheffe libérale Dominique Anglade, lorsque questionnée par la presse parlementaire.

Le chef parlementaire péquiste Pascal Bérubé a invité les dirigeants de la Société des casinos du Québec à répondre aux nombreuses questions laissées sans réponse. « Si ça ne se fait pas rapidement, on va les inviter à l’Assemblée nationale puis on a les moyens de le faire », a-t-il prévenu.

Ce qu’ils ont dit  

« Lorsque le Casino de Montréal a ouvert à l’automne 1993, l’objectif, c’était de sortir le crime organisé du jeu, ce n’était pas pour l’inviter au jeu. »

- Pascal Bérubé, chef parlementaire du Parti québécois

« [En lisant Le Journal, hier] j’avais l’impression de voir un remake cheap du Parrain. C’est scandaleux ! »

- Vincent Marissal, porte-parole de Québec solidaire en matière de Finances

« On n’en a jamais entendu parler. Et ce n’est jamais remonté à mes oreilles, évidemment, parce que, sinon, on aurait réagi à ce moment-là. »

- Dominique Anglade, cheffe du Parti libéral du Québec