/news/society
Navigation

[VIDÉO] La mère des fillettes Carpentier brise le silence

Amélie Lemieux se confie sur le drame qui a ébranlé tout le Québec dans une vidéo produite par Deuil-Jeunesse

Amélie Lemieux
Capture d'écran YouTube Apparaissant forte malgré toute la douleur qu’elle ressent, Amélie Lemieux a témoigné de l’horreur qu’elle a vécue après la mort de ses deux filles en juillet.

Coup d'oeil sur cet article

Amélie Lemieux, la mère de Norah et Romy Carpentier, brise le silence quatre mois après la mort tragique des deux fillettes. Dans une vidéo produite par Deuil-Jeunesse, elle raconte le vide qui l’habite depuis le 8 juillet dernier.

« Quand on m’a annoncé qu’ils avaient trouvé Norah, j’espérais toujours qu’elle soit en vie. J’espérais toujours une fin heureuse », confie-t-elle dans la touchante vidéo de 15 minutes. « J’étais impuissante, tout ce que je voulais, c’était ramener mes filles à la maison. »

Elle y raconte également n’avoir jamais pu croire que son ex-conjoint, Martin Carpentier, ait pu présenter un risque pour ses enfants. 

« On m’a demandé s’il pouvait être dangereux, mais non. Martin ne pouvait pas être dangereux. C’était un père aimant et un homme bienveillant », raconte Mme Lemieux, qui apparaît forte malgré la peine qui l’afflige.

« Je suis une maman, mais elles ne sont plus là »

La réalité l’a rattrapée dans les jours suivants, raconte-t-elle, quand elle a finalement eu accès au corps des petites. 

Romy, 6 ans
Photo courtoisie
Romy, 6 ans

« À partir de là, ça a été le début pour moi de me dire que je suis une maman, mais qu’elles ne sont plus là », soupire Amélie Lemieux, dans son généreux témoignage, qui vise à démontrer qu’il y a un après dans chaque drame. Cet après, pour elle, est venu avec l’intervention des gens de Deuil-Jeunesse et de sa fondatrice Josée Masson.

« Elle m’a dit qu’un jour, j’aurais un instant de bonheur, que ça allait faire une pause dans la souffrance et que j’allais comprendre que je pourrais continuer », se souvient Amélie Lemieux.  

Norah, 11 ans
Photo courtoisie
Norah, 11 ans

D’autres enfants

Ce moment est finalement arrivé quelques mois après le drame, sans s’annoncer, au détour d’une rue du quartier.

« C’est arrivé le 12 octobre. J’ai promené le chien et Romy avait une amie [...] puis je suis tombée face à face avec sa maison. Pour aucune raison, je suis allée cogner. L’instant de bonheur a ouvert la porte et c’est là que j’ai compris que je pourrais continuer. »

Signe de son cheminement, Amélie Lemieux confie à la fin de son message son désir d’avoir d’autres enfants.

« Mon avenir quand je le regarde, je le vois avec d’autres enfants [...] donner à Norah et Romy un petit frère ou une petite sœur », termine Mme Lemieux.

Un jardin à leur nom

La vidéo a été produite en marge de la journée Mardi Je Donne à laquelle participe Deuil-Jeunesse. Pour l’occasion, l’organisme a d’ailleurs choisi de nommer la cour arrière de la maison où elle offre des services d’accompagnement le Jardin Romy et Norah, en l’honneur des deux sœurs.

« On souhaite que ça soit un lieu de recueillement pour les gens en deuil, qui vivent des pertes, des moments difficiles, des moments souffrants », souligne la fondatrice de Deuil-Jeunesse, Josée Masson.

Le terrible destin de Norah et Romy Carpentier  

8 juillet

La voiture de Martin Carpentier est retrouvée accidentée, avec personne à bord, sur l’autoroute 20, à Saint-Apollinaire. 

9 juillet

Une alerte Amber est déclenchée pour retrouver Norah, 11 ans, et Romy, 6 ans. Les recherches se concentrent dans les boisés en bordure de l’autoroute.

11 juillet

Les corps de Norah et Romy sont retrouvés sans vie.

20 juillet

Les funérailles des deux petites se déroulent à Lévis et le corps de leur père, Martin Carpentier, est retrouvé en soirée.

26 novembre

Quatre mois après le drame, la mère des deux fillettes, Amélie Lemieux, se confie pour la première fois sur ce qu’elle vit, dans une vidéo diffusée par Deuil-Jeunesse.