/news/coronavirus
Navigation

COVID-19: la campagne de vaccination au Québec repose sur lui

Le fonctionnaire qui a été choisi dirigera une campagne historique pour en finir avec la pandémie au Québec

Jérôme Gagnon
Photo tirée de la page facebook de l’école nationale de police du Québec et LinkedIn Jérôme Gagnon, alors directeur général adjoint à la sécurité de l’État au ministère de la Sécurité publique, agissait comme président d’honneur à la cérémonie de remise des attestations à des aspirants policiers, le 13 décembre 2018.

Coup d'oeil sur cet article

Contrairement au flamboyant ex-chef d’état-major Rick Hillier choisi pour piloter la mission en Ontario, c’est un fonctionnaire de carrière méconnu, Jérôme Gagnon, qui dirigera la campagne de vaccination historique au Québec. Ceux qui l’ont côtoyé assurent néanmoins que nous sommes entre bonnes mains.

• À lire aussi: COVID-19: Québec désigne son «général» pour l’opération de vaccination

• À lire aussi: Le «contrat moral» des Fêtes à nouveau modifié

Le premier ministre François Legault a confirmé jeudi que le nouveau sous-ministre adjoint à la Santé sera responsable de cette importante opération logistique.

La tâche a de quoi donner le vertige : la campagne pourrait impliquer trois vaccins différents (dont un doit être gardé à -70 degrés Celsius), qui nécessitent deux doses. 

  • Écoutez le journaliste Alexandre Dubé avec Benoit Dutrizac sur QUB Radio:  

De plus, il faudra éviter les grandes files et les rassemblements en plein hiver, pour prévenir la contamination à la COVID-19. Les attentes sont énormes. C’est sur lui que reposent les espoirs des Québécois de sortir au plus vite de cette pandémie.

«Il va y avoir un général, c’est M. Jérôme Gagnon [...]», a lancé M. Legault en point de presse. Il sera assisté du Dr Richard Massé, ex-directeur national de la santé publique. Tous les deux agiront sous la direction du Dr Horacio Arruda.   

  • Qui est Jérôme Gagnon ? Écoutez la chronique politique de Rémi Nadeau, chef du Bureau parlementaire à Québec, sur QUB radio:   

Habitué aux situations difficiles

Jérôme Gagnon a refusé les demandes d’entrevue jeudi et le gouvernement Legault s’est fait avare de commentaires.

Le ministre de la Santé, Christian Dubé, s’est contenté de dire que le haut fonctionnaire «a vu son lot de situations difficiles» au cours de sa carrière.

Jusqu’en octobre dernier, M. Gagnon était directeur général adjoint à la sécurité de l’État, une division du ministère de la Sécurité publique (MSP) où il a gravi les échelons au cours des 15 dernières années. Peu connue du public, cette unité s’occupe notamment de la protection des personnalités, du renseignement et de la protection des palais de justice.

Seul élément croustillant dans son CV : des études sur le terrorisme menées en Écosse.

Mais les élus et fonctionnaires qui ont travaillé à ses côtés n’ont que de bons mots pour ce travailleur de l’ombre.

«C’est un homme qui m’est toujours apparu très consciencieux, structuré, organisé dans sa façon de travailler», affirme l’ex-ministre de la Sécurité publique, Stéphane Bergeron.

Une source qui a côtoyé M. Gagnon au MSP en dresse aussi un portrait flatteur. «C’est un gestionnaire solide, capable de concilier de nombreuses divergences avec plusieurs acteurs et partenaires et intérêts multiples.»  

  •  Écoutez David Levine, ex-PDG de l’Agence de la santé et des services sociaux de Montréal à l’époque de la H1N1 à QUB radio