/news/coronavirus
Navigation

COVID-19: comment réinventer le réveillon de Noël

Des trucs ingénieux pour certains, on remet à l’an prochain pour d’autres

Fireplace with Christmas stockings in festive room interior
Photo stock.adobe.com (New Africa)

Coup d'oeil sur cet article

Obligés de se conformer au «contrat moral» de François Legault et inquiets quant à la possibilité d’infecter leurs proches, des Québécois ont dû réinventer leurs rassemblements des Fêtes.

Barbecue dans la neige, chocolat chaud autour du foyer extérieur, échange de cadeaux par la poste ou souper en vidéoconférence, les idées originales ne manquent pas pour célébrer le premier Noël pandémique de l’ère moderne. 

«Avec la formule que le gouvernement préconise – recevoir 10 personnes à la fois –, on aurait dû faire des choix et on n’était pas à l’aise avec ça», raconte Mimi Larouche, de Québec, qui accueillera ses huit enfants à des dates distinctes sous un abri installé sur son balcon. 

Quelques-uns sont toutefois résignés à passer Noël dans leur bulle familiale, dans l’impossibilité de respecter la semaine d’isolement ou par crainte de contracter le virus. Ce qui en pousse certains à tout simplement «sauter» les célébrations de cette année.

«On va se réunir à l’été, quand le vaccin sera disponible. Ça me briserait le cœur de fêter en sachant que je devrai laisser mes parents seuls», laisse entendre Françoise Vaillancourt, de Beaupré.

Risqué pour les aînés

D’ailleurs, bien que plusieurs ne puissent se résoudre à festoyer sans leurs parents ou grands-parents âgés, les rassemblements des Fêtes représentent un risque bien réel pour eux.

«Sortir un aîné qui est dans un milieu vulnérable comme les CHSLD, les ressources intermédiaires ou les résidences, c’est un risque très important», avertit Thomas Druetz, professeur à l’École de santé publique de l’Université de Montréal. 

  • Écoutez l'entrevue avec Patrice Ouellet, expert en haute performance et en productivité, à QUB radio:  

«Ça concerne non seulement notre proche, mais aussi potentiellement tous les autres résidents», poursuit-il, invitant à «la plus grande des prudences» et craignant une «situation très problématique» en janvier.

Mais il y a aussi des enjeux de santé mentale pour les aînés plus vulnérables qui ont besoin de contact à cette période de l’année. Pour diminuer les risques, le Dr Druetz propose donc d’éviter le souper traditionnel et d’organiser plutôt une marche en famille à l’extérieur. Et surtout, éviter à tout prix de sortir le karaoké.

«Noël n’est pas comme les autres années, mais il vaut mieux se priver cette année et pouvoir en revivre bien d’autres après», estime-t-il. 

Si Noël il y a...

Évidemment, toutes ces idées pour s’adapter à un Noël 2020 bien particulier seront inutiles si le gouvernement Legault devait revenir sur sa décision. Après avoir modifié à quelques reprises les clauses de son «contrat moral», le premier ministre du Québec pourrait finalement interdire les quatre jours de rassemblement. C’est du moins ce que croit l’épidémiologiste Nimâ Machouf, vu l’évolution actuelle de la propagation de la COVID-19.

Les régions de Québec et Chaudière-Appalaches affichaient hier leur augmentation de cas la plus importante depuis au moins deux semaines avec respectivement 167 et 80 nouvelles personnes infectées. À l’échelle provinciale, ce sont 1395 cas supplémentaires qui sont rapportés, ainsi que 12 autres décès.

«Avec une augmentation des cas à ce rythme-là, on n’aura pas de rassemblements à Noël. [...] On ne pourra pas se permettre une énorme vague [de cas] en janvier», a prévenu Mme Machouf sur les ondes de LCN.

– Avec la collaboration d’Erika Aubin et de l’Agence QMI

  • Écoutez l'entrevue de Pierre Nantel avec la Dre Mélissa Ranger, urgentologue à l’hôpital Charles-Le Moyne, sur QUB radio: 


Krystel Parent

Fireplace with Christmas stockings in festive room interior
Photo courtoisie

  

  • Sainte-Julie          

«On va se faire une fondue chinoise suivie d’une fondue au chocolat avec des fruits frais et d’une soirée cinéma avec des vieux films de Noël. Et le lendemain, on ira porter les cadeaux à nos proches à leur porte. Ce ne sera pas un Noël comme les autres, mais il sera spécial et mémorable.»

Suzanne Bazinet

Fireplace with Christmas stockings in festive room interior
Photo courtoisie

  

  • Gatineau           

Pour la première fois de sa vie, elle passera le réveillon de Noël avec seulement une de ses trois filles, mais ira tout de même porter des cadeaux à la porte de ses proches.

«Pour moi, c’est une preuve d’amour de ne pas voir ma belle-mère qui est âgée ou nos enfants qui sont à l’extérieur cette année. Je veux les protéger.»

KathyMélanie Laflamme Roy  

  • Chicoutimi          

Elle organisera un souper de Noël en vidéoconférence pour protéger les membres de sa famille. 

«On a déjà quelqu’un de notre famille qui est à l’hôpital à cause de la COVID-19. C’est difficile de ne pas passer Noël avec les gens qu’on aime, mais si on veut les revoir en santé, c’est un sacrifice à faire.» 

Mathieu Piché

Fireplace with Christmas stockings in festive room interior
Photo courtoisie

  

  • Vaudreuil          

«On a décidé d’utiliser notre gros bon sens, c’est désolant de voir que certains se foutent des mesures. Nous, on va faire un BBQ à l’extérieur et on va utiliser une chaufferette pour éviter de rentrer.» 

France Boisclair

Fireplace with Christmas stockings in festive room interior
Photo courtoisie

  

  • La Prairie          

«On va poursuivre la tradition du dîner hot dogs à l’extérieur avec la grande famille, mais sans les câlins, les accolades et les chamailles dans la neige. On va quand même pouvoir escalader la montagne de neige faite avec amour par grand-papa.»

Éric Côté

Fireplace with Christmas stockings in festive room interior
Photo courtoisie

  

  • Montréal          

Il aime aller à New York avec sa conjointe Mélanie D’Anjou dans le temps des Fêtes. Cette année, il s’est plutôt loué une chambre d’hôtel qui aurait été hors de prix si ce n’était pas de la pandémie.

«On a trouvé un moyen de faire comme si on était en voyage, mais à Montréal.»

Mimi Larouche

Fireplace with Christmas stockings in festive room interior
Photo courtoisie

  

  • Québec          

Bien décidée à voir sa famille de façon sécuritaire, elle a installé un abri temporaire et un foyer sur son patio. Elle compte y recevoir ses huit enfants, un à la fois, entre le 20 décembre et le 20 janvier. 

Fireplace with Christmas stockings in festive room interior
Photo courtoisie

«Avec la formule que le gouvernement préconise – recevoir 10 personnes à la fois –, on aurait dû faire des choix et on n’était pas à l’aise avec ça.»

Karen Ann Page  

  • Saint-Camille          

Fidèle à la tradition, Karen Ann Page partira dans le Sud avec sa petite famille, où ils passeront le temps des Fêtes ainsi qu’une bonne partie de l’hiver. La mère de famille fait l’école à la maison à ses deux enfants, âgés de 8 ans et 10 ans, pendant le voyage. 

«Le jour de Noël, on risque d’être dans l’avion. On va au Costa Rica cette année. Vu le confinement au Québec, on n’a pas pris de billet de retour. On verra bien!»

Fannie Charon

Fireplace with Christmas stockings in festive room interior
Photo courtoisie

  

  • Sainte-Thérèse          

Étant éducatrice en garderie, il sera impossible pour Fannie Charron de s’isoler une semaine. Elle passera donc Noël seulement avec son conjoint et ses enfants. 

«On a vécu beaucoup d’épreuves au cours de cette année, outre que la Covid. Se serrer tous dans nos bras nous aurait donné du courage pour repartir l’année, mais c’est impossible.» 

Marie-Eve Guilmette-Blais

Fireplace with Christmas stockings in festive room interior
Photo courtoisie

  

  • Lévis          

 «Notre petite famille fêtera avec mes parents autour du feu dans notre cour. Simple et court, mais sécuritaire à la demande de mes parents. J’ai adoré l’idée.» 

Françoises Vaillancourt

Fireplace with Christmas stockings in festive room interior
Photo courtoisie

  

  • Beaupré          

Elle laisse tomber Noël et se réunira avec sa famille cet été quand un vaccin sera disponible. Si elle faisait un réveillon, elle ne pourrait pas inviter ses parents, qui sont vulnérables. 

«Ça me briserait le cœur de fêter en sachant que je devrais laisser mes parents seuls.» 

Anne Coursol

Fireplace with Christmas stockings in festive room interior
Photo courtoisie

  

  • Laval          

«Depuis que je suis enceinte d’un bébé in vitro, je fais ce que je peux pour rester à la maison. C’est déchirant de ne pas voir la famille, mais on va se faire un souper, un feu et une soirée cinéma avec mon conjoint et ma fille. Il va y en avoir d’autres Noëls.»

Jacky Lessard

Fireplace with Christmas stockings in festive room interior
Photo courtoisie

  

  • Saint-Agapit          

«Je ne veux pas mettre ma santé à risque, je vais passer le réveillon avec mon coloc devant la télévision. C’est quoi de perdre une année pour pouvoir en vivre plusieurs autres?» 

Patrick Laramée

Fireplace with Christmas stockings in festive room interior
Photo courtoisie

  

  • Drummondville          

«Du 24 décembre au 1er janvier, je vais sûrement faire des [vidéoconférences] avec des gens qui passent Noël seuls chez eux.» 

Il participe déjà à ces réunions chaque vendredi soir qui réunissent des personnes autistes, des parents et des spécialistes de la santé qui veulent en apprendre sur le sujet de l’autisme. 

«On se sent moins seuls, on peut voir et parler avec d’autres, sans que ce soit impersonnel comme par message.»

Shanna Meghan Maltais

Fireplace with Christmas stockings in festive room interior
Photo courtoisie

  

  • Sept-Îles          

«Nous avons organisé une pige de cadeau secrète en ligne et on s’est déjà envoyé nos cadeaux par la poste. De Québec à Sept-Îles en passant par Longue-Pointe-de-Mingan et Fermont, on sera 13 personnes réunies par Zoom pour développer nos cadeaux le matin du 25 décembre.»

Situation au Québec

En date du

Cas confirmés

Total

Décès

Total

Vaccins administrés

Total 84 837+ 9 264

Tests effectués

Total 5 195 725+ 35 114

Hospitalisations

Total

Soins intensifs

Total

Voir tous les chiffres