/finance
Navigation

Immobilier: la popularité des régions grâce au télétravail se confirme

Coup d'oeil sur cet article

À l’heure où le télétravail est maintenant bien implanté en contexte de pandémie, beaucoup de citadins rêvent de s’installer dans des secteurs moins densément peuplés, indique une nouvelle étude.

Selon une étude de Royal LePage rendue publique lundi, cet engouement se répercute sur le prix des propriétés récréatives, qui a bondi de 11,5% au pays au cours des neuf premiers mois de 2020, comparativement à la même période l’an dernier.

Au Québec plus spécifiquement, le prix médian d’une maison unifamiliale au sein des marchés récréatifs a grimpé de 14,7% d’une année à l’autre, atteignant 236 628$. Le prix d’une maison riveraine a augmenté de 15,1% pour se fixer à 255 502$, et le prix médian d’une copropriété a crû de 13,1% pour atteindre 236 187$ en date du 30 septembre dernier.

C’est dans la MRC des Laurentides (+27,1%), dans celle des Pays-d’en-Haut (+23,3%) et dans le secteur de Sutton (+36,6%) que le prix médian d’une maison unifamiliale au sein d’un marché récréatif a le plus augmenté.

«La province de Québec est celle où le confinement lors de la première vague de COVID-19 fut le plus long au pays. Cela a engendré un besoin imminent pour de nombreux résidents en zones urbaines de déménager vers la banlieue pour gagner un espace de vie supérieur», a indiqué Éric Léger, courtier immobilier agréé de Royal LePage Humania, dans les Laurentides.

«La MRC des Laurentides et [celle] des Pays-d’en-Haut ont fait partie des régions ayant connu le plus fort engouement au cours de la période, dû au territoire extrêmement vaste, à l’inventaire important d’avant la pandémie et aux excellentes conditions de marché», a ajouté M. Léger.

«La demande additionnelle pour des propriétés récréatives, stimulée par les restrictions sanitaires dans un marché de vendeurs déjà vigoureux, a créé davantage de compétition dans les régions de la province», a aussi indiqué le courtier immobilier.

Un engouement qui va rester

Royal LePage avance que le prix médian d’une propriété récréative devrait croître de 5,5% en 2021 dans la Belle Province, toutes les régions ayant noté un accroissement du nombre d’acheteurs à la recherche d’un havre de paix permettant le télétravail.

«Soixante-quinze pour cent des régions ont observé une hausse considérable d’acheteurs d’une résidence principale et une majorité ont vu une augmentation d’acheteurs retraités», a aussi fait remarquer la bannière immobilière.

«Le télétravail est là pour rester dans bien des cas, ce qui continuera d’attirer les acheteurs vers la campagne, et le maintien des faibles taux d’intérêt contribuera encore cette année à la demande immobilière», a dit M. Léger.