/news/coronavirus
Navigation

Hécatombe dans une résidence pour aînés dans le Centre-du-Québec

Coup d'oeil sur cet article

Le Centre L'Assomption, à Saint-Léonard-d'Aston, est en état de crise majeure puisque c’est la résidence privée pour aînée (RPA) la plus touchée par la pandémie au Québec: 92% des résidents et la moitié des employés sont infectés au virus.

• À lire aussi: [EN DIRECT 1ER DÉCEMBRE 2020] Tous les développements de la pandémie de COVID-19

La deuxième vague frappe durement la résidence privée de la municipalité de 2300 habitants. Depuis qu'un employé s'est présenté au travail sans savoir qu'il avait contracté le virus, l'éclosion n'a pas cessé de prendre de l'ampleur.

«Au début, tout le monde courait partout, c'était épouvantable. Maintenant, même si on traverse une crise, on peut dire que la routine est bien établie», a expliqué le gestionnaire et membre du CA du Centre L'Assomption, Daniel Montplaisir.

«L'espace commun des équipes médicales, la cuisine et la partie centrale de la bâtisse sont considérés comme des zones vertes, a-t-il ajouté. Les zones rouges sont les chambres des résidents infectés. Donc, dès qu'un employé se dirige vers l'ascenseur, il s'habille et se désinfecte. Ensuite il peut faire son travail dans la zone rouge. Puis, lorsqu'il sort de la chambre, il doit automatiquement se changer et se désinfecter à nouveau. Les équipes sont habituées.»

En date du 1er décembre, il ne reste que trois usagers négatifs. Tous les efforts sont mis en place pour les protéger.

«Les équipes utilisent le matériel de protection, les produits désinfectants, et elles commencent toujours par leur chambre pour les soins et les services alimentaires», a souligné le gestionnaire.

«On fait tout pour limiter les risques de contamination. Ce qui est le plus difficile, c'est qu'on connaît tout le monde. Des proches de nos amis et des membres de notre famille: ils ne sont pas des inconnus, et les voir dans cette situation là, ce n'est pas évident», a raconté M. Montplaisir avec les larmes aux yeux.

Les visites sont contrôlées et réduites au maximum. Un agent de sécurité surveille l'entrée de la résidence. Avec les températures plus clémentes, la direction a ouvert les portes et les fenêtres pour aérer la bâtisse.

«Je m'occupe des commissions. On m'appelle et je vais faire les courses. L'autre fois, je me suis rendu à Nicolet pour des thermomètres», a confié le président du CA du Centre L'Assomption, André Nadeau.

«C'est difficile pour tout le monde, ce qui se passe ici, a-t-il ajouté. Les résidents sont dans leur chambre et ils se disent: ''Est-ce que c'est moi le prochain, comment ça va se passer?'' Imaginez dans quel état d'esprit ils sont. Heureusement, ils ne sont pas seuls. Ils ne sont pas installés sur une chaise avec l'impression d'attendre la mort. Les employés vont les voir et les rassurent.»

Des infirmières du CIUSSS et des préposés aux bénéficiaires d'agences privées ont été envoyés en renfort. La grande majorité des résidents reçoivent les soins dans leur chambre.

L'objectif est de limiter les transferts pour stabiliser leur état de santé. Seuls les cas plus problématiques, nécessitant des soins spécialisés, ont été transférés à Nicolet.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.