/opinion/faitesladifference
Navigation

Les élus que je représente sont des gens honnêtes

Coup d'oeil sur cet article

Samedi dernier, Le Journal de Montréal et Le Journal de Québec publiaient 16 pages sur la situation d'élus municipaux qui ont connu au cours des dernières années certaines difficultés en matière d'éthique.

Ces situations, encore trop nombreuses, doivent nous amener à réfléchir sur le chemin parcouru malgré tout depuis quelques années, les nouvelles règles ayant été édictées dans un contexte que personne ne souhaite revivre. À l’époque, plusieurs cas graves ont fait les beaux jours de la commission Charbonneau et ont amené une révision complète des règles et des mécanismes de surveillance.

Malgré cette révision, personne n’est à l’abri d’une éthique douteuse ou, pire encore, d’une fraude ou d’un acte criminel. Ainsi, aucune organisation ou institution ne peut s’enorgueillir de ne pas avoir vécu de problématiques à ce chapitre. En fait, l’histoire nous enseigne que tous doivent constamment demeurer à l’affût pour déjouer les stratagèmes qui peuvent constamment survenir. 

Ne pas généraliser

Ceci dit, il est important de se rappeler que le Québec compte près de 8000 élus municipaux et que 24 cas avérés apparaissent bien peu par rapport aux 634 dossiers que la Commission municipale a ouverts pour l’année 2018-2019. Il ne faut donc pas généraliser. Ainsi, majoritairement, les Québécois peuvent être fiers du travail de ces milieux d’élus qui consacrent du temps et des énergies au bien-être de leur collectivité.

La Fédération québécoise des municipalités (FQM) regroupe 1000 municipalités locales et régionales et nous participons et continuerons à participer à ce mouvement qui vise à améliorer les pratiques déjà excellentes en matière de gestion municipale. 

En premier lieu, nous sommes d’accord avec le projet de loi 49, qui propose de modifier les règles d’éthique et de déontologie. Nous avons contribué à son élaboration. 

Deuxièment, nous formons nos élus. Une nouvelle formation sur l’éthique est obligatoire pour les nouveaux élus. Depuis 2017, ce sont 2578 élus qui l’ont suivie. On doit ajouter également à ce chiffre les 1100 élus qui ont suivi le cours Rôles et responsabilités des élus, qui traite également de ces questions. Depuis 2017, ce sont 22 298 responsables dans le monde municipal qui ont été formés dans le cadre de l’un de nos programmes. 

La FQM a également lancé un processus de révision du contenu du code d’éthique type applicable aux élus municipaux en matière d’éthique et de civisme.

Rendre service

Être élu, c’est rendre service aux gens. Nos citoyens nous le rendent bien d’ailleurs. Dans un sondage de la firme Léger réalisé du 4 au 6 juillet 2020, le taux de satisfaction des citoyens envers les élus dans ce contexte de pandémie s’élevait à 75% et le taux de confiance à 68%. De tous les élus, ce sont les élus municipaux qui obtiennent le plus haut niveau de confiance de la part des citoyens. Cette confiance se mérite et nous avons l’intention de continuer à tout faire pour qu’il en demeure ainsi. 

Jacques Demers
président de la Fédération
québécoise des municipalités

Votre opinion
nous intéresse.

Vous avez une opinion à partager ? Un texte entre 300 et 600 mots que vous aimeriez nous soumettre ?