/investigations
Navigation

Le producteur de spectacles du Casino soudainement écarté

Après 20 ans, Loto-Québec dit qu’elle vient d’apprendre que l’homme d’affaires traîne un casier judiciaire

Coup d'oeil sur cet article

Loto-Québec a confié durant 20 ans la production des spectacles au Cabaret du Casino de Montréal à une firme dont l’un des dirigeants traîne un dossier criminel depuis 1985, avant de faire table rase cet automne.

• À lire aussi: Le mafioso qui a joué 8 M$

• À lire aussi: Le ministre Eric Girard est «certain que Loto-Québec a amélioré ses pratiques»

• À lire aussi: Le Casino a caché des informations au fédéral

« Je ne comprends pas. Ça me dépasse », a vainement plaidé Mario Bazinet auprès de représentants de Loto-Québec en apprenant que le Groupe Bazz perdait son contrat au Casino, lors d’une rencontre tenue le 26 octobre, selon un enregistrement auquel notre Bureau d’enquête a eu accès.

Mario Bazinet et sa conjointe Nathalie Le Gruiec, que l’on voit en mortaise lors d’une une entrevue accordée à TVA Nouvelles en mai dernier au sujet de l’impact de la pandémie sur les salles de spectacle, ont produit plusieurs shows au Cabaret du Casino de Montréal depuis 20 ans, dont celui du chanteur américain Tony Bennett en 2015.
Capture d'écran, TVA Nouvelles
Mario Bazinet et sa conjointe Nathalie Le Gruiec, que l’on voit en mortaise lors d’une une entrevue accordée à TVA Nouvelles en mai dernier au sujet de l’impact de la pandémie sur les salles de spectacle, ont produit plusieurs shows au Cabaret du Casino de Montréal depuis 20 ans, dont celui du chanteur américain Tony Bennett en 2015.

L’homme d’affaires, qui s’est fait un nom comme entraîneur dans la Ligue de hockey junior majeur du Québec pendant les années 1980, et le Groupe Bazz sont associés à la production de spectacles au Casino de Montréal depuis l’an 2000.

À cette époque, les liens d’affaires entre le Casino et M. Bazinet étaient déjà contraires aux exigences de la loi sur les loteries parce qu’il traînait un casier judiciaire recelant trois condamnations en matière criminelle :      

  • En 1985, une amende de 300 $ pour fraude ;      
  • En 1993, une amende de 1000 $ et une probation de deux ans après qu’il se fut reconnu coupable de complot visant à extorquer 1,2 million $ à la chaîne de restauration Mikes avec deux complices ;      
  • En 1995, 300 $ d’amende pour vol.            

Joint par notre Bureau d’enquête, Mario Bazinet n’a pas cherché à cacher son dossier criminel. Il a plutôt affirmé que les gens du Casino qui étaient « venus [le] chercher » pour y produire des spectacles « le savaient » eux aussi.

  • Écoutez la chronique de Félix Séguin au micro de Richard Martineau sur QUB radio:

La présidente a tranché

À la fin octobre, la société d’État l’a informé que ses antécédents judiciaires le disqualifiaient dorénavant comme partenaire d’affaires.

– Ça veut dire que ça fait 20 ans qu’ils m’approuvent, mais qu’ils ne devraient pas, c’est ce que vous me dites ? a-t-il demandé.

– À quelque part, peut-être... [...] C’est l’enquête [de sécurité] de la Sûreté du Québec, lui a répondu une représentante de Loto-Québec.

– Ça s’est rendu à la présidente directement, c’est rare. [...] Notre recommandation, c’était que ç’a toujours passé, prolongez [le contrat] et on ne changera rien, mais la présidente a dit : « Non, je ne peux pas », a ajouté un de ses collègues.

Sur papier, la présidente du Groupe Bazz est Nathalie Le Gruiec, mais son conjoint, M. Bazinet, y est « un employé nécessaire à la prestation des services » prévus au contrat avec la Société des casinos du Québec (SCQ), selon cette dernière. 

C’est lui qui accordait les entrevues aux médias pour promouvoir les spectacles au Casino.

Le Groupe Bazz a récemment mis en demeure la SCQ en lui rappelant qu’elle avait déjà convenu de renouveler son contrat jusqu’à l’hiver 2022.

À la suite de nos questions

Le 30 novembre, après des questions de notre Bureau d’enquête à Loto-Québec sur ce sujet, la Société des casinos répondait par écrit au Groupe Bazz que le contrat qui les liait a pris fin le 2 septembre dernier.

« Malgré que des discussions en vue de la prolongation aient eu lieu, la SCQ n’a eu d’autre choix que de ne pas prolonger le contrat », ajoutait une avocate de la SCQ.

QUI EST MARIO BAZINET ?     

Mario Bazinet à l’époque où il occupait le poste d’entraîneur  avec les Draveurs de Trois-Rivières en 1982.
Photo d’archives
Mario Bazinet à l’époque où il occupait le poste d’entraîneur avec les Draveurs de Trois-Rivières en 1982.

◆ Entraîneur de cinq équipes de la Ligue de hockey junior majeur du Québec (LHJMQ) entre 1980 et 1989, il en a mené trois à la finale, dont les Saguenéens de Chicoutimi et leur vedette Stéphane Richer en 1984-1985, ainsi que les Draveurs de Trois-Rivières en 1981-1982.

◆ Les médias l’avaient alors surnommé « l’enfant terrible » de la LHJMQ en raison de ses frasques derrière le banc qui lui ont valu une suspension de 25 matchs en 1982, et de ses techniques peu communes pour motiver ses troupes, notamment en amenant un enfant handicapé dans le vestiaire des Saguenéens, ce qui a inspiré une scène de la populaire série Lance et compte.

◆ Condamné pour trois infractions criminelles entre 1985 et 1995, il est aussi arrêté pour complicité à la suite d’une rafle policière menée en septembre 1997 contre un réseau de trafiquants et de contrebandiers lié aux Hells Angels, mais sera libéré de toute accusation en 1999.

◆ En 2000, il produit le spectacle C’est beau la vie de l’artiste Claude Blanchard au Casino de Montréal, le premier d’une longue série d’événements que lui et le Groupe Bazz y organiseront en 20 ans.