/news/society
Navigation

300 plaintes contre les aménagements de Valérie Plante

Coup d'oeil sur cet article

L’Ombudsman de Montréal (OdM) affirme, jeudi matin, avoir reçu plus de 300 plaintes de citoyens relativement aux aménagements cyclables et autres depuis la fin mai.

«Ces plaintes remettaient souvent en cause la gestion en général des projets, ainsi que la vision politique derrière ceux-ci», peut-on lire dans le communiqué émis au cours des dernières minutes.

L'enquête portait sur les Voies actives sécuritaires (VAS), le Réseau Express Vélo (REV) ainsi que les corridors sanitaires et divers autres projets implantés par quelques arrondissements.

Selon l’organisme, 240 dossiers en enquête approfondie qui ont été traités. 

L’OdM a voulu s’assurer que les aménagements étaient sécuritaires pour tous (cyclistes, automobilistes et piétons) et qu’ils tenaient compte des critères d’accessibilité universelle ainsi que des besoins raisonnables des résidents des quartiers visés. 

Confusion

«L’été 2020 a sans contredit été très mouvementé sur le plan des aménagements urbains dans la Ville de Montréal. Alors que plusieurs d’entre eux ont été mis en œuvre temporairement dans le contexte d’urgence de la COVID-19, d’autres projets étaient réfléchis depuis plusieurs mois et parfois plusieurs années. Cet amalgame de travaux a créé une grande confusion chez les Montréalaises et Montréalais » souligne Me Nadine Mailloux, Ombudsman de Montréal.

15 recommandations

L’OdM conclut que certains des engagements énoncés dans la Charte sur les sujets mentionnés ci-dessus n’ont pas été pleinement considérés et remplis. 

Par conséquent, l’équipe de Me Mailloux a émis 15 recommandations ayant trait à différents volets de la gestion des projets, de leur conception, à leur parachèvement et monitorage postérieur. 

Plusieurs suggestions d’amélioration sont aussi énoncées tout au long du rapport.

Cas particulier des VAS

Comme le précise l’ombudsman dans son rapport, « la Ville et certains arrondissements ont d’emblée reconnu la majorité des éléments soulevés par notre enquête, et ont agi de manière proactive afin d’apporter les correctifs nécessaires. Il est essentiel de réitérer que les principes fondamentaux de sécurité, d’accessibilité universelle, d’information et de communication (avec les citoyens et entre les différentes entités concernées) sont incontournables et ne sauraient être escamotés en raison du contexte de pandémie ».

Elle ajoute que « des projets comme les VAS comportent de considérables défis de coordination pour une administration municipale de l’ampleur de Montréal, mais les citoyennes et citoyens ne doivent, en aucun cas, faire les frais de ces casse-têtes logistiques ».

Elle souhaite que ce rapport puisse faire oeuvre utile afin de garantir le respect de certains principes fondamentaux dans le cadre de projets futurs comme ceux mis en œuvre pendant l’été 2020, de comprendre les implications de ces principes applicables en toutes circonstances, en plus de mettre en lumière les préoccupations de plusieurs centaines de Montréalaises et Montréalais.