/news/society
Navigation

Décès d’une pionnière du Journal de Montréal

Elle nous a quittés le mois dernier à l’âge de 90 ans

Claire Harting
Photo d’archives, Jacques Bourdon Claire Harting a longtemps été affectée à la couverture des affaires sociales pour Le Journal et s’intéressait notamment à la cause de l’égalité des femmes.

Coup d'oeil sur cet article

Le Journal de Montréal est en deuil d’une de ses pionnières à la suite du décès de Claire Harting, le 28 novembre dernier, à l’âge de 90 ans.

Femme de tête et de cœur, réputée tant pour son empathie que pour son sens de la répartie, Mme Harting s’était jointe au Journal en 1977, où elle était affectée à la couverture des affaires sociales.

Elle a exercé son métier de journaliste avec passion. Toute menue, on la décrivait comme une grande dame, elle qui s’est fait connaître pour son acharnement à défendre la cause de l’égalité des femmes et à dénoncer toutes les formes d’injustice.

On racontait à l’époque que c’est notamment sous son insistance que Le Journal a cessé de publier sa page 7 qui faisait tant jaser.

Mme Harting a pris sa retraite en 1998 en disant, avec tout l’humour qui était le sien, qu’elle aimerait « bien devenir une vieille dame indigne », selon un article publié à l’annonce de son départ.

Parmi les nombreuses reconnaissances qu’elle a reçues au cours de sa carrière, Claire Harting avait été sacrée Femme de l’année en 1983.

Elle a aussi obtenu une bourse de l’Association des femmes d’affaires du Québec portant autrefois son nom.

Elle laisse dans le deuil ses quatre enfants, ainsi que plusieurs proches et amis.

Nos sincères condoléances à la famille.