/news/green
Navigation

Nouvelles aires protégées au Nord et des vœux pour le Sud

Statut de protection pour huit secteurs au Nunavik

Monts Chic-Chocs
Photo d’archives Une partie des monts Chic-Chocs situés dans la réserve faunique de Matane pourrait obtenir le statut de réserve biologique, a appris Le Journal.

Coup d'oeil sur cet article

Le gouvernement Legault soutient qu'il atteindra la cible de protection de 17% du territoire québécois d’ici la fin de l’année, notamment avec la protection de 30 000 km2 au Nunavik. Plus au sud, les ambitions du Québec sont limitées par l'industrie forestière, mais Québec veut préserver une partie des monts Chic-Chocs.

En entrevue avec notre Bureau parlementaire, le ministre de l’Environnement Benoît Charette fait le point après une semaine tumultueuse où plusieurs groupes environnementaux ainsi que le chanteur Richard Desjardins se sont alarmés de voir Québec privilégier l’industrie forestière au détriment de la création de parcs.

Le ministre Charrette, en plein blitz de négociation —seulement vendredi, il avait quatre rencontres au sujet des aires protégées—, les comprend. «Ce sont des préoccupations légitimes quand on observe l’inaction des gouvernements passés. Mais on avance, et ça va rassurer ceux qui sont inquiets», laisse-t-il tomber.

Durant cette entrevue, le ministre a affirmé que les grandes cibles du Québec sont ou seront atteintes dans les prochaines semaines: «Je confirme qu’on va y parvenir», a-t-il dit.  

Huit nouveaux secteurs obtiendront le statut de réserve de territoire aux fins d’aires protégées au Nunavik, ce qui permet au Québec de protéger 20% de ses terres nordiques.  

Le gouvernement a identifié les 10% du territoire marin qui seront protégés.

Avec les ajouts au Nunavik, le Québec est maintenant à 12,7% du territoire sous protection. Mais selon nos informations, des secteurs ont été identifiés un peu partout au Québec et le compteur officieux est à plus de 16% d’aires protégées, qui n'ont toutefois pas été avalisées par le Conseil des ministres. 

Benoit Charette, Ministre de l’Environnement
Photo d'archives
Benoit Charette, Ministre de l’Environnement

Et au sud?

Les aires préservées par Québec au Nunavik sont dénuées d’arbres et ne sont pas «reluquées» par le ministère de la Forêt, reconnaît Benoît Charrette. Il croit toutefois qu’il n’est pas inutile de les protéger. Le ministère de l’Énergie et des Ressources naturelles «avait des intérêts», indique-t-il. Des discussions se poursuivent également pour protéger des terres en territoire Eeyou Istchee Baie-James.

Mais le gouvernement n’oubliera pas le sud, a dit Benoît Charrette. Le ministre a ouvert légèrement son jeu: le projet de réserve biologique «largement souhaitée des monts Chic-Chocs» a des «avancées très encourageantes», dit-il. La Société pour la nature et les parcs (SNAP) défendait chaudement ce territoire situé dans la réserve faunique de Matane, au Bas-Saint-Laurent, et qui abrite deux espèces menacées, le caribou de Gaspésie et la grive de Bicknell.

Qui sont les hommes et les femmes derrière nos politiciens? Emmanuelle présente... un balado animé par Emmanuelle Latraverse.

Mais M. Charrette ne garantit pas que chaque région aura sa réserve biologique. «Il y a une volonté d’aller chercher une représentativité du territoire québécois et de sa biodiversité. Mais on ne veut pas pénaliser les régions qui vivent de la forêt», a-t-il dit.

Il dit comprendre son collègue, le ministre de la Forêt Pierre Dufour: «Je suis le premier conscient de l’importance de la foresterie. On ne fermera pas de village pour créer des aires protégées», a-t-il laissé tomber.

Quant aux régions plus au sud, Montréal, l’Estrie, la Montérégie et Lanaudière par exemple, un fonds de 50 M$ est disponible pour faire l’acquisition de terres privées. 

Huit nouveaux secteurs obtiendront le statut de réserve de territoire aux fins d’aires protégées (RTFAP):    

  • Rivière-Innuksuac 
  • Rivière-Arnaud 
  • Tursujuq-Nord 
  • Tursujuq-Centre 
  • Tursujuq-Sud 
  • Canyon-Eaton 
  • Marais-Maritime 
  • Rivière-George-Nord  

Deux délimitations de réserves existantes, Rivière-Marralik et Rivière-George, seront agrandies.