/weekend
Navigation

«Stress et anxiété» d'Ariane Hébert: des trucs pour se sentir mieux

Ariane Hébert
Photo courtoisie

Coup d'oeil sur cet article

Le stress et l’anxiété sont-ils des bibittes connues par chez vous? D’où proviennent ces ressentis difficiles? Comment affectent-ils votre vie? Vos réactions sont-elles normales ou non? La psychologue Ariane Hébert invite les lecteurs à être capitaines de leur bateau et à mettre en place des stratégies pour éviter de s’échouer dans son nouveau livre, Stress et anxiété.

• À lire aussi: Prendre le temps de s’arrêter

• À lire aussi: La pandémie exacerbe la détresse des plus démunis

• À lire aussi: Les introvertis et les extravertis face au confinement

Réaliste, femme de gros bon sens, Ariane Hébert a écrit plusieurs ouvrages pratiques destinés aux parents et aux intervenants. Cette fois, elle propose un guide ponctué de faits vécus, de cas cliniques et d’exercices de réflexion pour permettre aux adultes de muscler leur capacité à gérer le stress et l’anxiété.

Disons qu’avec la deuxième vague de COVID-19, son livre tombe à point... Elle a d’ailleurs adapté son livre au contexte de la pandémie et a fait du bon boulot pour décortiquer le stress et l’anxiété.

«Au début, c’était la panique générale parce qu’on ne savait pas ce qui nous arrivait. On a eu beaucoup d’adaptation à faire. Maintenant qu’on est “adaptés”, ça fait moins peur de mettre un masque et de croiser du monde à l’épicerie. Mais ce qui embarque, c’est l’incertitude quasi permanente.»

L’exemple du bain

Elle suggère de comparer le stress à de l’eau qui monte dans un bain. 

«Dans la vie, en général, tu as deux pouces d’eau dans ton bain, la champlure est ouverte, mais tu as un tuyau de renvoi d’eau et ton bain reste à deux pouces. Avec la première vague, oups, ton eau est montée à quatre pouces. Tu t’es habitué à ça, et c’est moins paniquant que ça l’était.»

Le problème actuel, c’est qu’il n’y a plus d’espace pour accueillir une autre bordée d’eau. «Tout autre événement qui s’ajoute – que ce soit un événement collectif comme la tuerie de Québec ou un événement individuel dans ta vie –, c’est comme s’il n’y a plus de place pour prendre un autre pouce d’eau. Tout de suite, ça va déborder.»

Stratégies solides

Ariane Hébert confirme que l’élastique est étiré au maximum. «On n’a plus de résistance à offrir donc ça ne prend pas grand-chose pour que ça pète.»

Il faut mettre en place des stratégies d’adaptation solides. «Il y a encore des gens qui réussissent très bien à s’en sortir. Ils ont de meilleures stratégies de résilience et d’adaptation. Est-ce que c’est parce qu’ils ont une vision plus positive? Vraisemblablement. Et est-ce qu’ils font des choses qui les aident à évacuer, comme du sport, du yoga? Probablement.»

La psychologue note qu’il y a un côté à la fois paniquant et rassurant dans cette pandémie mondiale. 

«Il y a quand même un esprit collectif : on va s’en sortir en gang. Change ta perception et ton feeling va changer aussi.»

Ariane Hébert a de bonnes suggestions pour «s’attaquer» aux prochaines semaines. «La première chose, c’est de prendre conscience que la marge de manœuvre est beaucoup moins importante qu’elle l’est d’habitude.» 

Ce qui veut dire qu’il faut soigneusement choisir ses projets, comme des rénovations ou une nouvelle activité, en fonction de ce qui peut mal tourner à cause de la pandémie et causer du stress supplémentaire. Il s’agit de mettre en place des mesures préventives.

«Si tu es déjà submergé, et que ton bain est à ras bord, tout ce que tu sais et connais comme stratégie pour t’apaiser, let’s go, vas-y à fond. Les petits plaisirs personnels, la relaxation, prendre l’air, avoir du soleil sur son visage, c’est plus, plus, plus.»

Malgré les limitations, elle recommande aussi de ne pas négliger le soutien social et les relations avec ses proches, à cause des bénéfices à long terme qu’ils peuvent apporter. 

EXTRAIT  

«Vaincre le stress et l’anxiété demande des efforts, de l’assiduité et de la persévérance. Les techniques, méthodes et stratégies éprouvées sont exigeantes, parce qu’elles ont d’abord besoin d’être connues et maîtrisées. On doit leur consacrer du temps et de l’énergie, pour finalement les répéter régulièrement, fréquemment, inlassablement.

Et c’est exactement ce en quoi consiste le plus grand défi.

Vous ne pourrez pas, je vous le garantis, diminuer votre stress ou votre anxiété en une ou deux séances de respiration abdominale ou en vous répétant trois ou quatre phrases clés dans des situations alarmantes.»


  • Ariane Hébert est psychologue.  
  • Elle a écrit plusieurs ouvrages pratiques destinés aux parents et aux intervenants.