/world/pacificasia
Navigation

Une mystérieuse épidémie fait des centaines de malades en Inde

Coup d'oeil sur cet article

Au moins 300 personnes, incluant plusieurs enfants, sont mystérieusement tombées malades dans la ville d'Eluru, en Inde, sans que les autorités puissent expliquer la cause du phénomène.

Selon l'Indian Express, des centaines de patients ont dû être admis à l'hôpital depuis une dizaine de jours dans l’État de l'Andhra Pradesh. «Les gens qui tombent malades, particulièrement les enfants, commençaient soudainement à vomir et avaient les yeux qui brûlaient. Certains se sont évanouis ou ont eu des crises d'épilepsie», a expliqué un responsable de l'hôpital gouvernemental d'Eluru.

Loin de s'estomper, la crise allait grandissante dimanche, avec des dizaines de nouveaux patients recensés en provenance de divers quartiers. Cependant, aucun malade n'est décédé.

Les autorités sanitaires ont d'abord évoqué une possible contamination de l'air ou de l'eau pour tenter d'expliquer le phénomène, avant de se raviser.

«Nous avons écarté la contamination de l'eau ou la pollution de l'air après avoir visité les endroits où les gens sont tombés malades. Des échantillons d'eau ont été testés et aucune contamination n'a été trouvée», a assuré le ministre de la Santé de l'Andhra Pradesh, Alla Kali Krishna Srinivas, selon des propos relayés par l'Indian Express.

«C'est une maladie mystérieuse et seule une analyse en laboratoire nous révélera ce que c'est», a ajouté le ministre, en ajoutant que des tests pour la COVID-19 se sont révélés négatifs.

Le président du parti d'opposition Telegu Desam Party croit cependant que le gouvernement ne dit pas toute la vérité et juge que les cas de maladie sont liés à de l'eau contaminée.

«L'Incident d'Eluru n'est que la pointe de l'Iceberg. La négligence du gouvernement et la détérioration du système de santé dans la région d'Andhra Pradesh se retrouvent exposées. C'est une honte que le gouvernement n'arrive pas à fournir les besoins de base comme de l'eau portable propre et sécuritaire», a dénoncé Nara Chandrababu Naidu sur Twitter.