/news/coronavirus
Navigation

Marché conclu : Arruda répondra aux élus mercredi

Dr Horacio Arruda, Directeur national de santé publique.
Photo Stevens LeBlanc Dr Horacio Arruda, Directeur national de santé publique.

Coup d'oeil sur cet article

Au terme d’un marchandage hors du commun à l’Assemblée nationale, le directeur national de santé publique, Dr Horacio Arruda, sera finalement convoqué en commission parlementaire, mercredi, pour répondre aux questions des élus.

• À lire aussi: COVID-19: l'opposition impatiente de questionner Horacio Arruda

Le premier ministre François Legault et le Dr Arruda avaient déjà signifié leur accord à cette audition réclamée par l’opposition officielle, la semaine dernière. 

  • Écoutez l'analyse de Caroline St-Hilaire et d'Antoine Robitaille avec Benoit Dutrizac sur QUB Radio:  

Il restait toutefois à savoir si elle aurait lieu avant Noël. Et si les partis d’opposition accepteront le marché proposé par le leader parlementaire du gouvernement, Simon Jolin-Barrette, qui avait déclaré, la semaine dernière, que «toute est dans toute», en souhaitant la collaboration de l’opposition dans les projets de loi importants pour le gouvernement.

Selon les informations obtenues par notre Bureau parlementaire, le grand rendez-vous aura lieu mercredi après-midi, de 15h à 18h.   

  • Écoutez la chronique politique de Rémi Nadeau, chef du Bureau parlementaire à Québec, sur QUB radio:    

Deux projets de loi

À moins d’un revirement de dernière minute, en contrepartie, les partis d’opposition accepteront de ne pas retarder le cheminement de deux importants projets de loi avant la fin de la session parlementaire, vendredi.

Il s’agit d’abord et avant tout du projet de loi 66 – la version 2.0 du fameux «projet de loi 61» – qui vise à accélérer la réalisation de près de 200 projets d’infrastructure.

Qui sont les hommes et les femmes derrière nos politiciens? Emmanuelle présente... un balado animé par Emmanuelle Latraverse.

À cette pièce maîtresse du plan de relance économique du gouvernement en contexte de pandémie s’ajoute le projet de loi 68, sur la mise en place de régimes de retraite à prestations cibles.

Bien que les partis d’opposition aient accepté de couper court au processus menant à l’adoption de ces deux pièces législatives, ils ne voteront pas nécessairement en faveur de leur adoption.

La majorité caquiste bénéficiera cependant de toute la marge de manœuvre nécessaire pour les faire adopter.  

  • Écoutez le journaliste Alexandre Dubé avec Benoit Dutrizac sur QUB Radio:   

Des négociations

Les partis d’opposition ont eux aussi négocié, en échange de leur collaboration, des modifications aux deux projets de loi concernés.

Selon nos informations, Québec solidaire souhaitait, par exemple, que le projet de loi 66 soit amendé afin de répondre à certaines demandes des communautés autochtones, et le Parti québécois réclame d’autres amendements pour des considérations environnementales.

Les libéraux auraient, pour leur part, fait un gain concernant le transport collectif dans la grande région métropolitaine de Montréal.

APPEL À TOUS

Vous avez vaincu la COVID-19? Le Journal est à la recherche de personnes guéries du coronavirus et qui aimeraient témoigner.

Écrivez-nous à jdm-scoop@quebecormedia.com

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.