/world/opinion/columnists
Navigation

Les fous de Trump

US-POLITICS-TRUMP-VOTE
Photo AFP Des partisans de Donlad Trump étaient rassemblés samedi à l’aéroport de Valdosta en Géorgie pour écouter un discours du président sortant.

Coup d'oeil sur cet article

À peu près tout a été dit sur Donald Trump : sa maladie mentale, son sens du marketing, sa malhonnêteté crasse... Mais les gens les plus fascinants en ce moment sont les trumpistes. Parce que ce sont eux que Trump appelle à se mobiliser. Parce que ce sont ces fous de Trump qui casquent des centaines de millions pour lui venir en aide. 

Ces trumpistes sont divisés en quatre groupes.  

  • Écoutez l'entrevue de Loïc Tassé avec Benoit Dutrizac sur QUB Radio:  

Le premier groupe est composé des élus républicains. Ces gens, qui sont éduqués et qui connaissent les arcanes de la politique, ne sont pas dupes de Trump. En privé, ils le critiquent sans difficulté. Mais en public, très peu osent lui adresser le moindre reproche.

Pourtant, la voie suivie par Trump est sans équivalent dans l’histoire des États-Unis. Trump sape les fondements mêmes de la démocratie américaine en refusant d’accepter la défaite. 

Cette défaite est indiscutable. Aucun juge n’a adhéré aux thèses de fraude électorale de Trump. Aucun responsable électoral n’a rapporté de fraude. Tout au plus, ici et là, quelques irrégularités ont été détectées, comme dans n’importe quelle autre élection. 

Ces professionnels de la politique savent très bien qu’il n’y a pas eu de fraude électorale. Ils savent que Trump est un menteur invétéré. Et pourtant, ils se taisent.

Silence honteux

La raison de leur silence honteux est simple : ils ont peur de perdre leurs prochaines élections s’ils se tiennent debout. Ils craignent que Trump mobilise contre eux ses partisans. Ils redoutent que les fous de Trump refusent de voter pour eux.

Le second groupe des partisans de Trump est constitué d’une myriade de personnes dont les intérêts économiques personnels passent avant ceux des États-Unis. Les propriétaires de Fox News représentent le mieux ce groupe. Après la défaite de Trump, la chaîne avait commencé à le critiquer. Résultat : les cotes d’écoute sont tombées. La chaîne a donc recommencé à tenir des propos louangeurs sur Trump. 

Le troisième groupe des trumpistes est formé de gens qui font passer une ou deux causes devant toutes les autres : par exemple l’avortement, le mariage gai, l’immigration, le multiculturalisme ou les mouvements woke. Ils redoutent que les démocrates accentuent ces tendances.

Parmi les républicains, ce groupe soutient probablement le moins les élucubrations dictatoriales de Trump. 

Psychologiquement fragiles

Le quatrième et dernier groupe réunit des électeurs psychologiquement fragiles. Il englobe les personnes qui croient les théories de QAnon ou qui donnent dans des cultes religieux fondamentalistes, comme ceux des évangélistes. Ces gens transfèrent sur Trump leur tendance à refuser tout raisonnement rationnel.

De ces quatre groupes, les plus coupables sont les premiers. Les plus méprisables sont les seconds. Les plus excusables sont les troisièmes. Les plus dangereux sont les derniers. 

Voir ces quatre groupes se mobiliser pour Trump et contre la démocratie américaine n’augure rien de bon. Ce week-end, Trump les a presque appelés à prendre les armes.