/entertainment/tv
Navigation

Caroline Néron victime d'attaques personnelles après son arrivée dans «District 31»

District 31
Photo courtoisie, Karl Jessy Depuis lundi, Caroline Néron joue une escorte de luxe dans District 31.

Coup d'oeil sur cet article

Caroline Néron ne s’est pas laissée atteindre par l’afflux de propos désobligeants qu’a suscité son arrivée dans District 31. Ces attaques souvent gratuites ont poussé la production de l’émission à publier un avertissement sur Facebook.

Lundi, la comédienne et femme d’affaires a fait ses débuts dans la série policière de Luc Dionne sous les traits d’une escorte de luxe. Son entrée en scène semble avoir titillé les trolls, puisque ces derniers n’ont pas perdu de temps à déverser leur fiel sur Facebook, critiquant principalement son allure et son parcours d’entrepreneure.

Cher public. Hier, nous avons été désolés de lire autant de commentaires désobligeants qui n'ont pas leur place sur...

Publiée par District 31 sur Mardi 8 décembre 2020

Devant cette réaction, les responsables du compte officiel de District 31 ont publié mardi un message dans lequel ils demandaient aux usagers de s’abstenir de juger le physique des comédiens. Ils ont aussi condamné les commentaires concernant leur vie privée. «Nous n’hésiterons pas à bannir une personne qui dépasse la limite du respect», ont-ils ajouté.

Une première

L’équipe de District 31 confirme au Journal qu’il s’agissait d’une première intervention du genre. L’an dernier, Nancy Riopelle a également suscité de nombreuses réactions enflammées, mais elles n’étaient pas dirigées contre son interprète, Geneviève Schmidt. Les gens s’en prenaient plutôt au personnage.

Les attaques personnelles, c’est «tolérance zéro», nous répond la production.

«J’ai toujours travaillé fort»

Pour sa part, Caroline Néron a pris cet incident avec philosophie. «La vérité, c’est que je suis un peu habituée, déclare-t-elle au téléphone. J’ai toujours aimé mon métier. J’ai toujours travaillé fort. Je n’ai jamais lâché. Ce qui me fait avancer, c’est les messages pleins d’amour que je reçois. Je préfère me concentrer là-dessus. Parce que sinon, je vais m’autodétruire.»

Selon elle, la pandémie joue également un rôle dans l’explosivité des réseaux sociaux en 2020.

«C’est une période très lourde présentement. Quand il y a plein de négatif autour de toi, c’est normal d’avoir le goût de générer du négatif. Quand tu sens le besoin d’écrire “T’es laide, t’as fait faillite”, ce n’est sûrement pas parce que tout va bien pour toi.»