/news/society
Navigation

Pornographie juvénile sur PornHub : «Il faut brasser la cage»

Coup d'oeil sur cet article

Un expert estime que le Québec n’est pas assez équipé pour arrêter tous les agresseurs sexuels d’enfants qui diffusent sur Internet des viols de plus en plus violents impliquant des jeunes en très bas âge. 

• À lire aussi: Contenu illégal sur Pornhub: le fédéral vise le début 2021 pour légiférer

• À lire aussi: Enquête réclamée sur le site pornographique Pornhub

• À lire aussi: Plus d’un million de signataires réclament la fermeture de Pornhub

Rappelons que le site Pornhub, qui appartient à une compagnie montréalaise, est visé par des allégations voulant que la plateforme ait diffusé des vidéos pornographiques présentant des enfants ou des viols. 

«Ça n’a pas changé depuis 100 ans, il faut faire quelque chose. Il faut brasser la cage, ce n’est pas anodin», insiste le sociologue de la sexualité et professeur titulaire à l'École de travail social et de criminologie de l’Université Laval, Michel Dorais.

Toutefois, il persiste à dire qu’il est nécessaire d’arrêter non seulement ceux qui distribuent la pornographie juvénile, mais surtout ceux qui la fabriquent.

«On n’est pas assez équipé. Internet, dans l’histoire de l’humanité, c’est nouveau. On dirait qu’on pense encore que ce sont des crimes virtuels. Ce ne sont pas des crimes virtuels, ce sont des crimes réels, incarnés, qui font de vraies victimes», évoque le sociologue.

  • Écoutez l'entrevue complète de Michel Dorais à QUB radio.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.