/finance/news
Navigation

Une hypothèque sous les 1 % !

Une hypothèque sous les 1 % !
Illustration Adobe Stock

Coup d'oeil sur cet article

Voilà une frontière qu’on ne pensait pas voir franchie, c’est maintenant chose faite : un prêteur hypothécaire a annoncé un taux d’intérêt sous la barre de 1 %. Du jamais vu !

Depuis la semaine dernière, la Banque HSBC offre une hypothèque de 5 ans à taux variable à 0,99 %. 

Pour le même type de produit, on peut difficilement trouver ailleurs mieux que 1,5 %. Dans le marché, on qualifie cette promotion de coup d’éclat.

La période choisie pour lancer cette offensive ne risque pas d’ameuter trop de clients, décembre n’est pas réputé pour être un mois très actif en immobilier. Les représentants de la banque affirment qu’il ne s’agit pas d’une offre promotionnelle, tout en précisant que les taux pouvaient changer. 

Les critères excluent d’emblée bon nombre de clients potentiels.

Seulement les assurés

Le taux n’est offert que sur les hypothèques assurées (par la Société canadienne d’hypothèques et de logement, Genworth ou encore Canada Guaranty), c’est-à‐dire lorsque la mise de fonds représente moins de 20 % du prix de la maison. 

Ceux qui ont déjà remboursé une bonne partie de leur hypothèque ou les propriétaires qui veulent refinancer ne sont pas admissibles. L’offre vise surtout les premiers acheteurs.

« C’est une proposition intéressante, il n’y a pas de doute. Mais les critères semblent plus restrictifs », affirme Ryan La Haye, courtier hypothécaire chez Planiprêt. 

En Ontario, les produits de HSBC sont accessibles par l’intermédiaire de la firme de courtage Dominion Lending Center (DLC). Au Québec, aucun courtier ne vend les prêts de la multinationale britannique. Les emprunteurs doivent faire directement affaire avec l’institution, en ligne ou dans l’une de ses 13 succursales québécoises.

Selon les échos que Ryan La Haye a reçus de ses collègues ontariens qui proposent les hypothèques en question, HSBC aurait établi des critères plus sévères qui restreignent l’accès au produit, notamment à ce qui trait aux ratios d’endettement. 

HSBC prétend au contraire qu’elle se conforme aux ratios dictés par les assureurs, comme les autres prêteurs. La Société canadienne d’hypothèques et de logement, le principal assureur, a resserré ses critères l’été dernier.

VARIABLE OU FIXE

Avec un taux variable qui démarre à 0,99 %, le vieux dilemme « fixe ou variable » redevient d’actualité. 

Jusqu’à récemment, l’écart entre les taux variables et les taux fixes était si mince que l’hypothèque à taux fixe s’imposait d’elle-même, abstraction faite des pénalités qui accompagnent généralement ce type de prêt en cas de remboursement anticipé.

Rappelons que les intérêts sur une hypothèque à taux variable fluctuent avec le taux directeur de la Banque du Canada. 

Celui-ci étant au plancher en raison de l’état de l’économie, il n’y a plus de place pour de nouvelles baisses. 

Aussi, la banque centrale s’est dite peu empressée de les remonter, ce qui rend l’offre de la HSBC intéressante et peu risquée. 

Sur le front des hypothèques à taux fixe, l’institution ne se montre pas moins agressive en proposant un taux de 1,39 % sur cinq ans, un prix encore là nettement en dessous du marché. 

Ryan La Haye, qui ne peut en vendre, n’hésite pas à le recommander à ceux qui peuvent se qualifier, le temps que ça passe. 

Cependant, il émet une mise en garde : le processus pour obtenir le prêt peut être long compte tenu de la demande que susciteront des taux aussi bas et du personnel limité que la banque emploie au Québec. 

Le délai de traitement des demandes peut faire rater une occasion d’achat dans les situations où il faut agir vite

Sinon, ceux qui ont du temps devant eux peuvent toujours faire bloquer le taux hypothécaire auprès de la banque.