/finance/business
Navigation

Une PDG qui n’a pas froid aux yeux

Son entreprise fournira de la glace sèche nécessaire au vaccin de Pfizer/BioNTech

Coup d'oeil sur cet article

Une propriétaire d’une PME de Drummondville, choisie par Ottawa pour faire la glace sèche à -78,5 °C nécessaire au transport du vaccin de Pfizer/BioNTech, s’apprête à se lancer dans le marathon de sa vie.

• À lire aussi: Santé Canada approuve le vaccin de Pfizer/BioNTech contre la COVID-19

• À lire aussi: Une entreprise de la Mauricie réfrigérera des vaccins aux États-Unis

• À lire aussi: COVID-19: le vaccin Pfizer/BioNTech déconseillé au Royaume-Uni en cas d’importantes allergies

« On va doubler notre nombre d’employés à 20 s’il le faut. On va travailler 24 heures sur 24, sept jours sur sept. Je ne pense pas que les gens me voient beaucoup durant les Fêtes. On va travailler sur ce contrat-là », confie en riant Mélanie Beaudoin, présidente de Biogivre, dans le Centre-du-Québec.

Capture d'écran TVA Nouvelles

Alors que Santé Canada vient d’approuver mercredi le vaccin Pfizer/BioNTech, une véritable course contre la montre se prépare dans les coulisses de sa PME, qui vient d’être choisie pour faire la glace sèche du transport des vaccins.

Contrairement à l’américaine Praxair, la française Air Liquide ou encore l’allemande Messer, la québécoise Biogivre consacre 100 % de ses activités à la fabrication de glace sèche, avance-t-elle.

« J’ai un réservoir de 30 tonnes de CO2 en arrière. Je prévois le changer pour un 50 tonnes. Le gaz rentre de là dans mon usine par des tuyaux qui le compressent pour faire la glace avec mes machines. Chaque mallette de Pfizer transporte 23 kilos de glace sèche qui dure cinq jours », illustre-t-elle.

Mercredi, l’entrepreneure du Centre-du-Québec était au bout du fil avec Le Journal quand Santé Canada a donné le feu vert au vaccin de Pfizer/BioNTech.

Mais à l’opposé des masques et gels désinfectants qui peuvent se faire à l’avance, elle ne peut pas s’atteler à la tâche maintenant et doit attendre le signal d’Ottawa avant de faire sa glace sèche, qui a une durée de vie limitée.

« On peut difficilement chiffrer la quantité de glace sèche qui sera nécessaire parce qu’elle se sublime, c’est-à-dire qu’elle passe de l’état solide à l’état gazeux, un peu comme le gaz carbonique dans une boisson gazeuse, qui ne devient plus pétillante à un moment donné quand le gaz s’est évaporé », explique Mélanie Beaudoin.

Mélanie Beaudoin est la fondatrice et présidente de Biogivre, une entreprise de Drummondville qui produit de la glace sèche à -78,5 degrés. Elle dit avoir reçu récemment des appels de pharmaceutiques et être parfaitement capable de répondre à la demande.
Photo Martin Alarie
Mélanie Beaudoin est la fondatrice et présidente de Biogivre, une entreprise de Drummondville qui produit de la glace sèche à -78,5 degrés. Elle dit avoir reçu récemment des appels de pharmaceutiques et être parfaitement capable de répondre à la demande.

Répétition générale

D’ici vendredi, Biogivre se prépare à livrer des « commandes tests » de pépites de glace sèche des lieux gardés secrets pour effectuer une répétition générale en vue de la livraison prochaine des vrais vaccins.

« Je vais aller en porter à ces lieux déterminés par les provinces et territoires. Je vais aussi en donner en sous-traitance à des compagnies du domaine pharmaceutique », détaille-t-elle.

Et même si le crime organisé pouvait attaquer le réseau de distribution des précieux vaccins contre la COVID-19, comme l’a rapporté Le Journal mercredi, cela ne l’inquiète pas, car elle ne manipulera pas le vaccin.

« Je ne serai jamais en contact avec les vaccins. Je n’aurai jamais les vaccins en ma possession. Tout ce que je fais, c’est livrer la glace sèche », a tenu à dire à ce propos Mélanie Beaudoin de Biogivre.

Joint par Le Journal mercredi, Danny Green, le directeur des ventes nationales du géant américain Praxair, a souligné que l’entreprise fabrique de la glace sèche en sol québécois, mais qu’il n’est pas autorisé à parler des vaccins pour des raisons de confidentialité.

« Nous produisons de la glace sèche au Québec et c’est à peu près tout ce que je peux dire », s’est-il limité à dire en anglais en coupant court aux questions.

– Avec la collaboration de Pierre-Olivier Zappa

BIOGIVRE  

Siège social : Drummondville 

  • Fondation : 2004 
  • Employés : 10  

GLACE SÈCHE

Utilisations :  

  • Pharmaceutique  
  • Alimentaire  
  • Effets spéciaux    

Source : Biogivre