/finance/business
Navigation

Mastercard et Visa sévissent contre Pornhub

Mastercard et Visa sévissent contre Pornhub
AFP

Coup d'oeil sur cet article

Les compagnies de carte de crédit Mastercard et Visa ont mis leur menace à exécution en sévissant jeudi contre le site Pornhub.com.

• À lire aussi: Pornhub: Guilbault invite les consommateurs de porno à dénoncer les contenus illicites

• À lire aussi: Pornographie juvénile sur PornHub: «Il faut brasser la cage»

• À lire aussi: Contenu illégal sur Pornhub: le fédéral vise le début 2021 pour légiférer

Les deux entreprises avaient annoncé cette semaine qu’elles se penchaient sur les allégations voulant que le site Pornhub, qui appartient à une compagnie montréalaise, ait hébergé des vidéos pornographiques présentant des enfants ou des viols.

Les deux géants avaient menacé d’agir rapidement si les allégations étaient confirmées. En l’occurrence, Mastercard avait promis de ne pas permettre aux institutions financières d’accepter des paiements pour le compte du site Pornhub, qui appartient à l’entreprise montréalaise MindGeek.

Pornhub est dans la tempête depuis la parution de reportages illustrant à quel point il serait facile d’accéder à de la pornographie juvénile sur ce site de divertissement pour adultes.  

  • Écoutez l'entrevue de Pierre Nantel avec la criminologue Maria Mourani, sur QUB radio:    

«Aujourd'hui, l'utilisation de nos cartes chez Pornhub prend fin», a fait savoir Mastercard dans un courriel envoyé à l’Agence QMI.

«Notre enquête, au cours des derniers jours, a confirmé des violations de nos normes interdisant les contenus illicites sur leur site, a poursuivi Mastercard. En conséquence, et conformément à nos politiques, nous avons demandé aux institutions financières qui connectent le site à notre réseau de mettre fin à l'acceptation. En outre, nous continuons à enquêter sur le contenu illégal potentiel sur d'autres sites web pour prendre les mesures appropriées.»

Visa a aussi répondu par écrit aux questions de l’Agence QMI. «Compte tenu des allégations d'activité illégale, Visa suspend les privilèges d'acceptation de Pornhub en attendant l'achèvement de notre enquête en cours», a-t-on indiqué.

«Nous demandons aux institutions financières qui servent MindGeek de suspendre le traitement des paiements via le réseau Visa. Chez Visa, nous sommes vigilants dans nos efforts pour éradiquer les activités illégales sur notre réseau, et nous encourageons nos institutions financières partenaires à examiner régulièrement la conformité de leurs marchands à nos normes sur cette plateforme et d'autres.»

De son côté, Pornhub a réagi jeudi en parlant de décisions «exceptionnellement décevantes», soutenant qu’elles sont «dévastatrices pour les centaines de milliers de gens qui comptent sur [la] plateforme pour leur subsistance».

La controverse qui entoure le site a eu une résonnance jusqu’au Parlement d'Ottawa et à l’Assemblée nationale de Québec.

Le fédéral compte déposer au début de l'an prochain un projet de loi pour forcer les sites web comme Pornhub à retirer tout contenu illégal, par exemple la pornographie juvénile, de leur plateforme.

À Québec, le gouvernement Legault s’est montré disposé à revoir l'admissibilité à des incitatifs fiscaux pour les entreprises de technologies de l'information œuvrant dans le domaine pornographique qui ont été reconnues coupables d'une infraction criminelle, notamment concernant la pornographie juvénile.

  • Écoutez l'entrevue de la Sénatrice Julie Miville-Dechêne avec Benoit Dutrizac sur QUB Radio:

La vice-première ministre du Québec, Geneviève Guilbault, a promis mercredi de présenter bientôt un plan d’action pour lutter contre la pornographie juvénile en ligne.

«Tolérance zéro»

Rappelons que les utilisateurs de ce site XXX peuvent publier eux-mêmes des vidéos. Mais ils peuvent aussi télécharger directement sur le site des vidéos qu’ils aiment. Bref, même quand une vidéo est effacée parce que jugée inappropriée, elle peut rapidement être remise en ligne par un autre utilisateur.

Dans la foulée de cette tempête médiatique, le site avait annoncé plusieurs mesures pour lutter contre les contenus illégaux sur sa plateforme en ligne. En l’occurrence, les seuls qui pourront déposer des vidéos sur la plateforme seront les partenaires de contenu et les personnes qui tirent de ces publications des revenus publicitaires.

L’entreprise montréalaise a répété lundi qu’elle agit pour protéger sa plateforme de tout contenu illégal, parlant d’une «tolérance zéro pour du matériel pédophile».

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.