/news/currentevents
Navigation

Autre incident troublant impliquant une jeune femme de Manawan

Coup d'oeil sur cet article

Autre incident troublant impliquant une jeune femme de Manawan, dans Lanaudière, selon des informations et des témoignages obtenus par TVA Nouvelles.

• À lire aussi - Manawan: la communauté oubliée de Joyce Echaquan

• À lire aussi - La jeunesse de Manawan en péril

• À lire aussi - Manawan: quinze personnes dans une maison délabrée

Arantxa Ottawa affirme qu’on l’a jetée à la rue jeudi soir avec sa fille parce qu’elle se plaignait de la présence de caméras dans un refuge du quartier Rosemont, à Montréal, où elle séjournait. Une enquête est ouverte.

Mme Ottawa et sa fille de 6 ans, Katnisse, sont en larmes dans une vidéo qu’elle a publiée sur les réseaux sociaux après une situation qu’elle qualifie d’inhumaine. 

La jeune mère de famille de la communauté attikamek, dans Lanaudière, affirme que le propriétaire du refuge où elles résidaient les a cavalièrement mises à la rue jeudi soir, alors qu’on était près du point de congélation.

Elles occupaient le logement situé au rez-de-chaussée d’un immeuble de la rue Masson, à Montréal. C’est là, en vertu d’une entente avec l’organisme Mamit Innuat et Santé Canada, que les citoyens de Manawan sont logés lorsqu’ils ont des rendez-vous chez le dentiste ou le médecin dans la métropole.

À l’intérieur de l’appartement, la jeune femme constate la présence de caméras de surveillance. Elle n’est pas à l’aise. Elle dit avoir droit au respect de sa vie privée. Elle décide de s’exprimer à ce sujet sur les réseaux sociaux. 

Selon Arantxa Ottawa, le propriétaire du refuge aurait été informé de la publication. Contrarié, il les a mis à la porte, toujours selon les dires de la jeune femme.

Bouleversée, Arantxa a rapidement communiqué avec ses parents, qui se sont empressés de faire la route entre Manawan et Montréal. L’organisme Mamit Innuat a ouvert enquête et d’ici à ce que la lumière soit faite, aucun autre citoyen de Manawan ne sera envoyé dans ce refuge de Rosemont. Ils seront logés à l’hôtel lors de leur court séjour en ville. 

Le propriétaire du refuge de la rue Masson n’a pas donné suite à nos appels.