/news/politics
Navigation

La mairesse Sue Montgomery gagne sa cause en Cour supérieure

La mairesse Sue Montgomery gagne sa cause en Cour supérieure
Joël Lemay / Agence QMI

Coup d'oeil sur cet article

La Cour supérieure s’est rangée, vendredi, du côté de la mairesse de l’arrondissement de Côte-des-Neiges–Notre-Dame-de-Grâce (CDN-NDG), Sue Montgomery, dans sa cause qui l’oppose à la Ville de Montréal.

L’ancienne journaliste élue mairesse de CDN-NDG en 2017 sous la bannière de Projet Montréal est devenue indépendante l’hiver dernier, après avoir été éjectée du caucus du parti de la mairesse de Montréal, Valérie Plante.

Rappelons que Sue Montgomery avait refusé de se départir de sa cheffe de cabinet, Annalisa Harris, même si un rapport du Contrôleur général de la Ville alléguait qu’il y avait eu du harcèlement psychologique envers deux fonctionnaires, dont le directeur de l’arrondissement, Stéphane Plante.

Mme Montgomery a toujours maintenu qu’elle n’avait pas de preuves contre Mme Harris qui justifiaient de la sanctionner, et elle n'avait d'ailleurs pas pu voir le rapport complet du Contrôleur général pour prendre sa décision.

«Aujourd’hui est une bonne journée pour la démocratie, une bonne journée pour la justice, pour les résidents de CDN-NDG et pour les résidents de la Ville de Montréal», a réagi Sue Montgomery vendredi après-midi.

L'élue a qualifié le jugement de la Cour supérieure de «très fort» et de «très clair». «Rien dans le rapport [ne permettait de] considérer que Mme Harris avait commis du harcèlement psychologique», a-t-elle dit.

La mairesse de CDN-NDG croit que toute l'affaire aurait pu être évitée et soutient que si c'était à refaire, elle agirait de la même façon. «Tout ça aurait pu être évité si la Ville m’avait montré le rapport dès le début. [...] Même la mairesse Plante aurait dû lire ce rapport, mais elle ne l’a pas lu», a-t-elle déclaré.

Le cabinet de la mairesse Plante a réagi par courriel: «Nous prenons acte du jugement rendu aujourd’hui. Celui-ci confirme notamment l’existence d’un climat de travail malsain dans l’arrondissement, et le rôle de [m]adame Montgomery dans l’établissement de celui-ci», a-t-on écrit. «Nous analyserons le jugement de manière à évaluer les options nous permettant d'améliorer de façon durable la situation. Tous les employés de la Ville de Montréal doivent être traités avec respect, civilité et dignité. Notre priorité reste également d’assurer un arrondissement fonctionnel qui donne aux citoyens de CDN-NDG les services de qualité auxquels ils ont droit de s’attendre», a-t-on poursuivi.

Annalisa Harris

L'avocat de Mme Montgomery, Me Eric Oliver, croit qu’il aurait été facile, pour Mme Montgomery, de sacrifier Annalisa Harris plutôt que de faire ce qu’elle a fait, soit de la défendre.

Réagissant brièvement au jugement, Mme Harris, 28 ans, s’est dite «vraiment soulagée» du dénouement de cette cause, elle qui dit avoir vécu une année difficile. «Ce n’est pas facile d’être une femme en politique», a-t-elle indiqué.

Celle-ci s’est dite «reconnaissante» envers Mme Montgomery de l’avoir appuyée lors de la dernière année. Elle a d’ailleurs déposé une plainte à la Commission des normes, de l'équité, de la santé et de la sécurité du travail (CNESST). Le dossier suit son cours.

À partir de maintenant, Mme Harris peut de nouveau communiquer avec les fonctionnaires de l’arrondissement. Dans son jugement, le juge Bernard Synnott ordonne à la Ville de Montréal de mettre fin aux directives l'en empêchant.

Est-ce que la Ville de Montréal en appellera du jugement? Me Oliver avance que cela prendrait beaucoup de temps et rappelle que ce sont les contribuables qui paieraient pour cela.

Réaction de l'opposition officielle

«C’est clair, à la lecture du jugement, que le cabinet de la mairesse Plante est grandement responsable de la crise et a contribué à faire traîner cette situation déplorable durant près d'un an. Dès le début du conflit entre Mmes Montgomery et Plante, j'ai toujours été d'avis que cette question devait être réglée devant les tribunaux pour éviter un climat de travail malsain en arrondissement. Ça fait un an que les citoyens de Côte-des-Neiges–Notre-Dame-de-Grâce vivent avec cette crise interne chez Projet Montréal. Malheureusement, il découle, suite à cette mauvaise gestion de Valérie Plante, des plaintes à la CNESST et à la CMQ; on est loin de la conclusion de cette saga», a dit Lionel Perez, conseiller de ville de Darlington et chef de l'opposition officielle.