/world/opinion/columnists
Navigation

Il était une fois une démocratie

US-WHITE-HOUSE-HOLDS-COVID-19-VACCINE-SUMMIT
Photo AFP Donald Trump

Coup d'oeil sur cet article

Il était une fois une démocratie qui s’appelait les États-Unis. Cette démocratie avait été fondée sur des idéaux de justice, d’égalité et de droits. Cette démocratie fonctionna si bien, devint si prospère qu’elle fit l’envie de tous les autres peuples de la Terre. 

Avec les années, plusieurs pays la prirent comme modèle. Mais cette démocratie était corrompue par l’argent, le racisme et le fondamentalisme religieux. À présent, il suffit qu’un seul homme rassemble sous lui ces forces pour que la démocratie américaine paraisse sur le point de s’effondrer. 

1. Pourquoi la démocratie américaine tient-elle toujours ?

La démocratie tient à bien peu de choses. Les pères fondateurs des États-Unis ont eu beau prévoir dans la constitution le maximum de cas de figure, la préservation de la démocratie repose finalement sur la vertu démocratique des citoyens. Dans un article publié jeudi dans le New York Time, Tim Wu, professeur de droit à l’université Columbia, arrive à la conclusion que trois choses qui ne sont pas dans la constitution américaine ont protégé la démocratie des assauts de Donald Trump : la neutralité de l’armée, le sens du devoir des fonctionnaires et l’indépendance de l’appareil de justice. Si les militaires, les fonctionnaires ou les juges avaient cédé aux pressions de Trump, à ses menaces ou à son argent, la démocratie américaine ne serait plus qu’un souvenir.

2. La démocratie américaine est-elle sauvée ?

La démocratie américaine n’est pas sauvée. Trump continue à s’acharner contre elle. Après avoir épuisé tous les recours juridiques, que tentera-t-il encore ? Là où les démocrates l’ont emporté, des personnes qui ont supervisé les élections sont menacées de mort. Le parti républicain du Texas incite même ses partisans à donner leur vie pour Trump. Mais, surtout, s’il finit par quitter la Maison-Blanche, le président sortant va continuer à empoisonner la vie politique américaine, en prétendant que Joe Biden est un président illégitime et que les démocrates sont une bande de tricheurs.  

3. Pourquoi cela est-il grave ?

Toute démocratie repose sur un minimum de confiance et de consensus parmi les citoyens. Donald Trump et ses sbires brisent ce consensus et ébranlent inutilement la confiance des Américains. Plus de 60 millions d’électeurs fanatiques suivent Trump aveuglément. Ces gens vont continuer à lui donner de l’argent. Ils auront l’impression de vivre dans un pays qui n’est plus démocratique. À force de propagande, Trump risque d’user à la corde la vertu démocratique des citoyens. 

4. Les limites du tolérable sont-elles dépassées ?

Malheureusement, oui. Que des procureurs généraux de 17 États républicains se soient lancés aux côtés du Texas dans une procédure d’annulation du vote dans quatre États gagnés par les démocrates laisse pantois. Une telle annulation aurait pour effet ultime de garder Donald Trump à la présidence. Comment les républicains peuvent-ils croire que la majorité démocrate accepterait jamais un tel coup d’État juridique ? Les États-Unis s’enfonceraient dans la désobéissance civile ou sombreraient dans la guerre civile. Tout cela parce que la plupart des élus républicains tremblent de peur devant un malade mental narcissique qui est incapable de supporter la perte de ses élections. 

5. Pourquoi Trump peut-il aller si loin ?

Trump est soutenu par une ploutocratie qui s’accommode de plus en plus mal de la volonté populaire. Une ploutocratie qui exacerbe les ressentiments d’une classe moyenne de plus en plus marginalisée, en lui faisant croire que les immigrants et les puissances étrangères sont coupables de tous leurs maux. Classique.