/opinion/columnists
Navigation

Le champion et la grand-maman

Le champion et la grand-maman
Photos AFP

Coup d'oeil sur cet article

J’aime regarder la course à pied à la télévision. Il n’y en a pas souvent.

J’aime surtout les épreuves de demi-fond, les 800 et 1500 mètres, parce qu’elles combinent vitesse, endurance et stratégie.

Regardez les grands champions.

Dans la dernière ligne droite, quand ils ont mal partout, quand ils se sentent mourir, ils gardent la posture : tête droite, bras ordonnés, genoux hauts.

Ils ne se décomposent pas comme des pantins désarticulés.

Tête, bras, genoux. Tête, bras, genoux. Tête, bras, genoux... jusqu’à la fin.

Où je m’en vais ?

Tannés

Les chiffres quotidiens de contamination sont catastrophiques, pires que jamais. Ça ne baisse pas.

Les partis d’opposition chialent, mais n’ont rien de concret et de différent à proposer.

Et nous ?

On chiale parce qu’on ne peut aller au restaurant.

On chiale parce qu’on est tannés.

On chiale parce qu’on trouve que le gouvernement nous traite comme des enfants.

Euh, je vois en effet des adultes qui se comportent comme des enfants.

Et Noël qui arrive, le Super Bowl des familles. Ayoye...

On aime tellement nos vieux qu’on ira quand même les voir. Bravo, « championne » !

L’autre jour, je capte une conversation. Le gars se dit prudent parce qu’il a loué un chalet dans le bois. Il va recevoir toute la famille. Bravo, « champion » !

Le plus dangereux n’est pas l’idiot de base. C’est l’idiot de deuxième niveau, celui qui se croit informé et brillant.

Il vous parlera de la Suède, qui a choisi une approche basée sur la liberté individuelle et la confiance dans le sens des responsabilités, avec peu de fermetures et d’interdictions.

Un autre champion en retard dans les nouvelles...

À Stockholm, 99 % des lits de soins intensifs sont occupés. Hier, dans toute la ville, il en restait 7 disponibles.

« Nous avons besoin d’aide », disait le directeur sanitaire de la capitale.

Les décès en Suède sont beaucoup plus élevés que dans les pays voisins où l’on a serré la vis.

Pendant ce temps, chez nous : 1564 cas mardi, 1728 mercredi, 1842 jeudi.

Et cela, juste avant les plus gros rassemblements familiaux de l’année, ceux qui, supposément, ne se ratent pas si on s’aime vraiment.

Et cela, juste au moment où le vaccin est prêt, où il arrive, où il commence à être distribué.

Il est tellement proche qu’on se dispute déjà pour savoir qui seront les premiers vaccinés.

Ma main au feu que beaucoup d’insouciants jusqu’ici joueront du coude pour être parmi les premiers vaccinés.

Et ce vaccin a été développé en un temps record, ce qui montre de quoi l’être humain est capable quand il se donne la peine.

Tenir

Bref, le pire danger, Noël, devance de peu la lumière tant attendue, le vaccin.

Est-ce trop demander de faire les bons choix individuels pour le peu de temps qui reste à tenir ?

Tannés ? Souvenez-vous du vrai champion dans les derniers mètres.

Il garde la posture.

Tête, bras, genoux. Tête, bras, genoux. Tête, bras, genoux.