/misc
Navigation

L’erreur de François Legault

Coup d'oeil sur cet article

On l’attendait, la 2e vague, mais elle a frappé avec une intensité redoutable.

On s’attendait à fêter Noël en famille. Nous voilà à espérer éviter un reconfinement massif.

N’empêche, François Legault n’a pas tort de tirer un bilan positif de sa session.

Elle a été pénible, par moments chaotique. Et pourtant... Dans l’ensemble les écoles sont demeurées ouvertes. La courbe des cas n’a pas explosé à une vitesse vertigineuse. La majorité des Québécois ont continué à travailler.

Il y a les restaurants, les gyms, les arts. Je sais. Mais ça, personne n’y a échappé.

Finalement, François Legault a sauvé les meubles. En d’autres temps, ce serait un maigre bilan. Dans les circonstances, c’est une victoire non négligeable. Le goût amer que laisse cet automne politique relève davantage du ton de son gouvernement que des résultats obtenus.

Qui sont les hommes et les femmes derrière nos politiciens? Emmanuelle présente... un balado animé par Emmanuelle Latraverse.

Le siège

L’histoire des restaurants est révélatrice. Aurait-il fallu les laisser ouverts, début octobre, pour les « bulles familiales » ? Imposer aux restaurateurs de faire la police des adresses de leur clientèle ?

Critiqué pour son manque de cohérence, on comprend François Legault d’avoir opté pour la simplicité de les fermer. L’objectif était de freiner la socialisation.

Mais pourquoi ne l’avoir pas clairement expliqué ?

Parce que la pédagogie est périlleuse ? Parce que c’était l’époque où l’opposition flirtait avec la mauvaise foi partisane ?

Dans ce climat malsain, où ses adversaires politiques ont entretenu brièvement un discours racoleur sur la « menace à la paix sociale », François Legault a raté l’occasion d’élever le débat. Le bon père de famille du printemps qui demandait à tous de se serrer les coudes a cédé la place au tacticien qui déformait les critiques de ses adversaires.

La mentalité de siège s’est installée. Les questions les plus élémentaires de l’opposition sur les tests salivaires, les consignes sanitaires ont donné lieu à des attaques partisanes.

C’est là que François Legault a raté son coup. Il a raté l’occasion de faire la pédagogie de ses choix difficiles en sacrifiant les explications précises aux lignes de presse et attaques partisanes.

La bonne résolution

Après les avoir rejetées du revers de la main, François Legault s’est finalement engagé à reprendre ses rencontres hebdomadaires avec les chefs d’opposition pendant la pause parlementaire.

Quelle bonne idée ! Le gouvernement a tout à gagner à investir pour forger tant la cohésion sociale que politique.

Ce pourrait être salutaire, car le Québec s’apprête à affronter les mois les plus difficiles de la pandémie en 2021.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.