/finance
Navigation

COVID-19: les Québécois de plus en plus inquiets pour l’avenir

sad young man with ffp1 respirator on self-isolation in his apartment during quarantine of coronavirus covid-19
Sergey - stock.adobe.com

Coup d'oeil sur cet article

Méfiants envers le vaccin, peu satisfaits de la gestion de la pandémie, incertains de pouvoir reprendre leurs activités normales, les Québécois sont de plus en plus inquiets pour l’avenir, selon le nouvel indice de confiance sociétale.

Le climat de confiance au Québec s’est détérioré de 4 points en décembre par rapport au dernier calcul réalisé en septembre, d’après l’Institut de la confiance dans les organisations (ICO).

L’étude s’est principalement concentrée sur les perceptions des Québécois à propos des différents enjeux entourant la pandémie de COVID-19.

Ainsi, les personnes interrogées se sont dites moins confiantes quant à un retour à la normale de leurs activités, aussi bien sur le plan professionnel que sur le plan familial.

L’Institut a également remarqué une forte augmentation de l’approbation des mesures de protection face à la COVID-19, notamment en ce qui concerne l’interdiction des rassemblements (+10 points), le port du masque dans les lieux publics et la distanciation sociale (+4 points chaque).

Et si 45% des Québécois sondés sont en faveur des rassemblements pendant les Fêtes de fin d’année, 73% d’entre eux reconnaissent que cela pourrait augmenter le nombre d'infections.

Les répondants étant largement en faveur du vaccin il y a six mois, seulement 54% d'entre eux se disent prêts à être vaccinés, contre 26% qui sont indécis et 20% qui sont contre.

Alors que le niveau de confiance envers les gouvernements a progressé en trois mois, les Québécois sont moins satisfaits de la gestion de la crise sanitaire, passant de 68 à 66% pour le gouvernement provincial et de 62 à 60% pour le fédéral.

Sur le plan économique, les répondants sont d’avis que les conditions se détériorent et sont moins confiants en l’avenir financier comparativement à ce qui ressortait en septembre.

Enfin, près de 68% des Québécois sont inquiets de l’augmentation des mouvements anti-autorités dans le pays.

L’étude de l’ICO a été réalisée auprès de plus de 1000 Québécois entre le 26 novembre et le 3 décembre.