/news/transports
Navigation

Le gouvernement devrait annoncer mardi une vingtaine de nouvelles stations du REM

Coup d'oeil sur cet article

Les détails du prolongement du Réseau express métropolitain (REM), vers l’Est de Montréal sur Sherbrooke, et même vers le nord jusqu’au Cégep Marie-Victorin dans l’arrondissement d’Anjou, seraient finalement annoncés mardi.

• À lire aussi: Les premières voitures du REM dévoilées

Dans sa chronique de mardi au 98.5 FM, l’animateur Bernard Drainville a rapporté qu’une annonce en ce sens sera faite mardi par le premier ministre François Legault, la mairesse Valérie Plante et la Caisse de dépôt et placement du Québec (CDPQ), dont la filiale CDPQ Infra est responsable du REM.

Entre autres, pour le prolongement vers l’est, il y aurait une vingtaine de nouvelles stations sur une trentaine de kilomètres. Le REM passerait sur la rue Sherbrooke pour arriver dans Pointe-aux-Trembles.

Ainsi, en plus de rouler sur le boulevard Notre-Dame vers l’Est, il passerait par la rue Dickson, l'avenue Souligny avant de se connecter à la rue Sherbrooke.

Prolongement sous terre et aérien

L’objectif de la Caisse serait de débuter la construction autour de 2022.

Par ailleurs, une partie du prolongement qui irait vers le nord se fera sous terre et l’idée est de passer par l’Hôpital Maisonneuve-Rosemont en passant par le boulevard Lacordaire, notamment.

En outre, le REM devrait se rendre à la gare Centrale par voie aérienne, au-dessus du boulevard René-Levesque.

Dans tous les cas, des audiences seraient tenues sur le prolongement du REM par le Bureau d'audiences publiques sur l'environnement (BAPE), qui a pour mission d'informer et de consulter la population sur des questions relatives à la qualité de l'environnement.

Dans une entrevue diffusée à LCN lundi, le premier ministre François Legault a confirmé qu’il y aura une annonce concernant «un immense projet dans l’est de Montréal» mardi.

Dans le même entretien, M. Legault a admis que le manque de transport collectif constitue un obstacle au développement de l’est de la métropole.

«Il pourrait y avoir un développement d’entreprises, résidentiel, des parcs. On est sur l’île de Montréal, mais il y a un problème: il manque de transport en commun», a-t-il dit.

Pour rappel, le REM sera un train entièrement électrique, automatisé et il n'aura donc pas de conducteur, ce qui permet l'installation d'une baie vitrée avec vue panoramique à chaque extrémité du train.

Les utilisateurs devront attendre à l'été 2022 pour pouvoir montrer dans les premiers trains qui devraient relier la Rive-Sud au centre-ville de Montréal en 16 minutes. Le REM ira aussi dans l’ouest de l’île de Montréal ainsi qu’à Deux-Montagnes dans les Laurentides.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.