/world/opinion/columnists
Navigation

Les trompettes de Jéricho

US-SUPPORTERS-OF-PRESIDENT-TRUMP-GATHER-IN-D.C.-TO-PROTEST-ELECT
Photo AFP Des milliers de partisans de Donald Trump ont défilé dans les rues de Washington, samedi.

Coup d'oeil sur cet article

La politique américaine a pris une tournure encore plus inquiétante que d’habitude. C’est que les fondamentalistes religieux et les partisans de Donald Trump ont opéré une jonction qui s’étale au grand jour.

Depuis mercredi dernier, des marches dites de Jéricho ont commencé à se ternir à travers le pays. Jéricho, c’est d’abord et avant tout, en termes bibliques, la bataille de Jéricho.

Selon la Bible, les israélites ont marché pendant six jours autour des murailles réputées imprenables de la ville de Jéricho. Le septième jour, les grands prêtres ont soufflé dans des trompettes de cornes de bélier et la ville est tombée, grâce à une intervention divine. Ensuite, les habitants de la ville ont été massacrés, y compris les femmes et les enfants.

Rassurez-vous, les archéologues pensent que la bataille de Jéricho n’a jamais eu lieu parce que la ville à l’époque n’avait pas de murailles. L’histoire serait plutôt une métaphore de la foi des croyants qui doit tenir bon, même devant des obstacles qui semblent insurmontables.

Mais les partisans de Trump ne l’entendent pas ainsi. Pour eux, l’histoire de Jéricho est vraie. Et ils comparent la victoire électorale de Joe Biden à la muraille de Jéricho. C’est pourquoi ils ont entrepris à travers le pays des « marches de Jéricho ».

Samedi à Washington, lors d’un rassemblement qui regroupait des milliers de manifestants, des dirigeants religieux ont soufflé dans des trompettes faites de cornes de bélier. Rod Dreher, éditorialiste républicain de la revue The American Conservative, fait un compte-rendu détaillé et apeuré de la manifestation.

Dieu avec Trump

Bien entendu, rapporte-t-il, les principaux dirigeants religieux à monter sur scène étaient des évangélistes. Mais il y avait parmi eux des juifs et, en vidéo, l’archevêque Vigano, ancien ambassadeur du Vatican aux États-Unis, et ennemi juré du pape François.

Dans une atmosphère magico-religieuse, ces fondamentalistes proclamaient que Dieu était du côté de Trump. La foule applaudissait.

Comme si la folie de cette assemblée n’était pas suffisante, Alex Jones, un leader conspirationniste très en vue, est aussi monté sur scène pour dire aux gens de se repentir, car la fin des temps approchait, qu’il fallait vaincre le complot international pédophile... Et qu’il fallait dégommer Joe Biden « d’une manière ou d’une autre ».

Mariage monstrueux

Il n’est pas nécessaire d’en dire plus pour comprendre que des partisans de Trump et des fanatiques religieux de tout acabit ont consommé un monstrueux mariage.

Partout aux États-Unis, des millions de partisans de Trump sont prêts à passer à l’étape suivante et à défier les institutions et les lois américaines, au nom de Dieu, au nom de Trump.

Peu importe que les grands électeurs votent aujourd’hui pour Biden, Trump pourra compter, dans les années qui viennent, sur des millions de croyants fous furieux prêts à lui obéir. Trump qui est toujours soutenu par 45 % des Américains.