/sports/football/alouettes
Navigation

Stanback rentre au «bercail»

Le porteur de ballon signe un contrat de deux ans avec l’équipe montréalaise

Eskimos c. Alouettes
Photo d'archives, Martin Chevalier Les Alouettes pourront compter sur William Stanback lorsque la LCF relancera ses activités.

Coup d'oeil sur cet article

Le porteur de ballon William Stanback était libre comme l’air après avoir été libéré par les Raiders de Las Vegas en août dernier. Il n’y avait aucun doute dans son esprit qu’il souhaitait poursuivre sa carrière avec les Alouettes. 

• À lire aussi: Un drame difficile à surmonter

Il l’a prouvé lundi en signant un contrat de deux ans avec la formation montréalaise. Du même coup, il reprendra le poste qu’il avait laissé au terme de la saison 2019. 

« Je suis tellement heureux de revenir dans la ville qui m’a donné ma première chance dans le football professionnel, a indiqué William Stanback lors d’un point de presse virtuel. Dès mes premiers pas à Montréal, je me suis senti comme à la maison. 

« Que ce soit les gens sur la route ou l’équipe, j’ai été accueilli à bras ouverts. Je vais essayer d’aider de toutes les manières possibles pour qu’on puisse ramener la coupe Grey. C’est mon premier objectif. »

« La première chose que j’ai faite, c’est de contacter William, avec qui j’étais en contact depuis quelques semaines, a souligné le directeur général Danny Maciocia. Il m’a dit clairement qu’il voulait revenir à Montréal. 

« Je lui avais indiqué aussi que je le voulais de retour. C’était une priorité pour nous. » 

La fin du rêve

En signant un nouveau contrat de deux ans, Stanback est bien conscient que la porte de la NFL vient de se fermer pour de bon. 

« C’est la fin de mon rêve, a confirmé l’athlète âgé de 26 ans. J’ai essayé d’avoir ma place dans ce circuit pendant plusieurs années, mais je n’ai pas eu les résultats espérés. 

« J’ai toujours pensé que j’avais les habiletés pour y évoluer. Dans la vie, il y a des embûches et des situations qui ne se déroulent pas comme on l’espère.

« Plusieurs jeunes joueurs entretiennent le rêve de jouer dans la NFL un jour, mais ce n’est pas la fin du monde si ça n’arrive pas. »

Stanback est heureux de revenir avec les Alouettes et ses coéquipiers n’ont pas tardé à célébrer la bonne nouvelle avec lui. 

« J’ai parlé à plusieurs d’entre eux au cours des dernières semaines et ils n’arrêtaient pas de me demander si j’allais revenir. Je leur donnais quelques indices, mais je savais à l’intérieur de mon cœur que je reviendrais avec les Alouettes. »

Le retour de Stanback permettra à l’entraîneur-chef Khari Jones de reprendre le même livre de jeux que lors de la saison 2019. Cependant, on peut s’imaginer qu’il y aura quelques modifications.

Budget serré

L’annulation de la saison 2020 a fait mal aux équipes de la Ligue canadienne, en particulier aux Alouettes. Les propriétaires Gary Stern et Sid Spiegel ont demandé à leur équipe de se serrer la ceinture. 

Danny Maciocia a dû composer avec 500 000 $ en moins dans son budget pour son équipe d’entraîneurs. On peut s’attendre à la même situation avec les joueurs et le plafond salarial. 

« Ils [les propriétaires et le président] m’ont donné des directives et c’est à moi de les respecter, a affirmé l’homme de football. On a un petit montant d’argent et notre priorité est de garder notre noyau en place. 

« Autour d’eux, on aura la tâche de mettre des joueurs américains et canadiens un peu moins dispendieux. »

Dans la LCF, le plafond salarial a été fixé à 5,350 millions pour la saison 2021. Toutefois, il y a fort à parier que la formation montréalaise ne l’atteindra pas. 

« Je suis les règles que nous nous sommes fixées à l’intérieur de l’équipe, mais je confirme qu’on ne se rendra pas au plafond », a conclu Maciocia.