/news/consumer
Navigation

Des commerçants ont prévu les fermetures

Le gouvernement Legault avait annoncé son intention

Coup d'oeil sur cet article

En ayant laissé planer l’idée d’un autre confinement, le gouvernement Legault se retrouve avec des commerçants peu surpris puisqu’ils ont eu le temps d’encaisser le choc.

• À lire aussi: Le système de santé sous pression: Legault met le Québec une deuxième fois sur pause

• À lire aussi: Reconfinement: Québec limitera les grandes chaînes à ne vendre que des produits essentiels

L’interdiction aux grandes surfaces, comme Costco et Walmart, de vendre des produits non essentiels réjouit les petits commerçants québécois, qui dénonçaient une concurrence déloyale.

«C’est la bonne nouvelle. C’était aberrant au printemps que Walmart puisse vendre des jouets en face de mon commerce», affirme Audrey Tremblay, copropriétaire des magasins Galerie du jouet, au Saguenay–Lac-Saint-Jean. 

D’un point de vue économique et social, la pause à partir du 25 décembre est également bien accueillie. 

«Tout le monde se serait précipité. Mon mois de décembre, c’est 30 % de mon année, et entre Noël et le jour de l’An, c’est 3 %», ajoute la femme d’affaires, qui est aussi directrice des achats pour quatre succursales à Alma, à Chicoutimi, à Roberval et à Jonquière.

Ventes en ligne

Les soins personnels comme la coiffure seront également fermés jusqu’au 11 janvier 2021. Certains commençaient à se faire à l’idée. 

«Ça fait quelques semaines que je m’y attendais, et je le souhaitais. On fait très attention, mais les cas ne cessent de monter. J’espère pouvoir rouvrir ensuite», ajoute Hélène Boutin, coiffeuse au Salon Fière Allure, dans le quartier Saint-Sacrement, à Québec.

Au cours des derniers mois, plusieurs commerçants ont eu le temps d’améliorer leurs ventes en ligne. Dans d’autres secteurs, des commerçants ne subiront aucun impact ou presque. «Les règles demeurent les mêmes pour les restos en zone rouge. Take out seulement», mentionne Charles Auger, associé chez Chocolats Favoris.