/news/consumer
Navigation

Des commerçants qui sont résignés et soulagés

La fermeture des commerces non essentiels n’a surpris aucun détaillant

GEN - DOSSIER - COVID-19 COMMERCANTS
Photo Martin Alarie Le copropriétaire de la librairie Le port de tête, à Montréal, Éric Blackburn, est tout soulagé de rester ouvert jusqu’au 24 décembre.

Coup d'oeil sur cet article

Les détaillants se résignent à la fermeture des commerces non essentiels du 25 décembre au 11 janvier et se disent soulagés de pouvoir garder leurs portes ouvertes au moins jusqu’à Noël.

« C’est un soulagement de pouvoir rester ouvert jusqu’au 24 décembre. Les 20, 21, 22 et 23 sont les quatre meilleures journées de l’année en librairie. On sauve au moins ces quatre jours de vente », fait valoir Éric Blackburn, copropriétaire de la librairie Le port de tête sur l’avenue du Mont-Royal, à Montréal.

Le premier ministre François Legault a annoncé mardi en point de presse que tous les commerces non essentiels seront fermés du 25 décembre au 11 janvier.

Ce deuxième confinement n’a toutefois surpris aucun commerçant.

« On voit que les cas augmentent, que les gens dans le magasin ne font pas attention. On s’en attendait. On ne saute pas de joie, mais au moins on peut rester ouvert jusqu’au 25 », résume Lyne, employée du magasin de jeux et de jouets Castello, sur l’avenue du Mont-Royal.

« Ça laisse le temps aux gens de faire leurs achats et pour nous, d’écouler notre stock du temps des Fêtes », ajoute Sébastien Mineau de la boutique Chez Farfelu, une petite institution pour l’achat de cadeaux depuis 28 ans.

Et pour le Boxing Day, « on va espérer que les clients se rabattent sur les ventes en ligne », lance-t-il. 

Contribuer 

Même si la fermeture des commerces risque de plomber les ventes souvent généreuses pendant la période des Fêtes, plusieurs y voient ainsi une manière de contribuer à la lutte contre la COVID-19.

« Il faut que tout le monde mette l’épaule à la roue, laisse tomber M. Blackburn. On espère que ça va aplanir la courbe de contamination. »

Des ventes énormes 

À la Librairie d’occasion l’Échange, sur Le Plateau-Mont-Royal, le propriétaire Étienne Charbonneau ne s’en cache pas : les ventes sont « énormes » pendant cette période.

Il se dit malgré tout « bien en accord avec la décision ».

« La peur de repousser le 11 janvier jusqu’à une date ultérieure, c’est autre chose, nuance-t-il. Mais ça sera un repos bien mérité si c’est aussi court que prévu. »

« On est prêt à participer à cet effort collectif pour freiner la hausse, estime quant à lui le président de l’Association coiffure Québec, Stéphane Roy. On est contents. On souhaitait rester ouvert jusqu’au 24 décembre. »

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.