/news/politics
Navigation

Le député Harold LeBel accusé d’agression sexuelle

Le politicien péquiste a été arrêté pour des allégations impliquant une autre élue

Coup d'oeil sur cet article

L’Assemblée nationale est ébranlée par un scandale sexuel: l’arrestation du député péquiste Harold LeBel, accusé pour une agression qui serait survenue en 2017, a causé une commotion.

Le député de Rimouski a été arrêté mardi matin par la Sûreté du Québec, puis interrogé tout l’avant-midi.

Près de cinq heures plus tard, l’homme de 58 ans a été libéré sous promesse de comparaître. Il doit se présenter en cour le 11 janvier, au palais de justice de Rimouski.        

  • Écoutez le journaliste de TVA Nouvelles Katia Laflamme avec Benoit Dutrizac sur QUB Radio:   

Une ordonnance de non-publication nous empêche de nommer la plaignante, une élue qui siège à l’Assemblée nationale.

L’annonce de l’arrestation d’Harold LeBel a rapidement été suivie par son exclusion du caucus péquiste, «le temps que le processus judiciaire suive son cours».

«Les violences sexuelles, toutes les violences sexuelles, doivent être combattues avec force. Personne n’est au-dessus des lois», a déclaré Paul St-Pierre Plamondon, lors d’un bref point de presse à la permanence du PQ.    

  • Écoutez l'analyse de Caroline St-Hilaire et d'Antoine Robitaille avec Benoit Dutrizac sur QUB Radio:   

Le Parti québécois se retrouve donc avec seulement huit élus au Salon bleu. L’avenir politique du député de Rimouski, lui, est désormais incertain, ouvrant la porte à une éventuelle élection partielle dans cette circonscription, remportée avec une avance confortable de 15% en 2018.

Politicien apprécié

L’arrestation d’Harold LeBel, un homme affable et employé politique de longue date au PQ, a causé une onde de choc à Québec.

Harold LeBel, ici lors de la période de questions à l’Assemblée nationale, le 13 février dernier, a été arrêté mardi matin par la Sûreté du Québec, puis interrogé tout l’avant-midi. Il a été libéré sous promesse de comparaître le 11 janvier, au palais de justice de Rimouski.
Photo d’archives
Harold LeBel, ici lors de la période de questions à l’Assemblée nationale, le 13 février dernier, a été arrêté mardi matin par la Sûreté du Québec, puis interrogé tout l’avant-midi. Il a été libéré sous promesse de comparaître le 11 janvier, au palais de justice de Rimouski.

Encore samedi dernier, M. LeBel avait été élu «Meilleur représentant de sa circonscription» et «Plus bel esprit sportif» par les autres élus du Salon bleu, dans le palmarès annuel du quotidien La Presse.

Il était également l’une des vedettes des premiers épisodes de la série Nos élus, à Télé-Québec, qui présentait notamment le travail de terrain des députés. Devant les événements, la chaîne a annulé la diffusion de la série documentaire. 

  • Tous les détails avec Félix Séguin, au micro de Richard Martineau, sur QUB radio:   

Le hasard a voulu que, le même jour, des élues des quatre partis représentés à l’Assemblée nationale déposent le rapport d’un Comité d’experts pour l’accompagnement des victimes d’agression sexuelle et de violence conjugale.

Ce comité avait été mis sur pied dans la foulée du mouvement #MoiAussi.

Choc à Québec

«Pour nous, c’est tolérance zéro et Harold LeBel doit être exclu du caucus le temps du procès», a commenté la députée péquiste Véronique Hivon, se disant «sous le choc».

À Québec, les élus ont connu leur lot de scandales sexuels au cours des dernières années.

Depuis 2016, les anciens élus libéraux Gerry Sklavounos, Pierre Paradis et Jacques Chagnon ont fait face à des allégations d’inconduite sexuelle de diverses natures, mais n’ont jamais été accusés.

Ex-député libéral, Yves St-Denis a quant à lui été reconnu coupable d’agression sexuelle en août dernier.

Sa carrière politique  

  • Employé politique à Québec de 1994 à 2012, il a notamment été directeur de cabinet du whip en chef du gouvernement Marois. 
  • Élu pour une première fois en 2014 dans la circonscription de Rimouski, puis réélu en 2018. 
  • Jusqu’à mardi matin, il occupait les fonctions de porte-parole péquiste en matière d’emploi, de solidarité sociale, de lutte contre la pauvreté et d’action communautaire autonome.  

Qui sont les hommes et les femmes derrière nos politiciens? Emmanuelle présente... un balado animé par Emmanuelle Latraverse.