/news/coronavirus
Navigation

Vaccins anti-Covid: l’OMS en discussion avec Pfizer et Moderna

RUSSIA-HEALTH-VIRUS-VACCINE
AFP

Coup d'oeil sur cet article

L’Organisation mondiale de la santé (OMS), qui a mis en place un mécanisme pour distribuer dès que possible des vaccins anti-COVID aux pays pauvres, a annoncé mardi être en discussion avec Pfizer et Moderna à ce sujet. 

• À lire aussi: Moderna : 168 000 doses du vaccin d'ici la fin décembre

• À lire aussi: COVID-19: les grands volumes du vaccin Pfizer/BioNTech attendus au printemps au Québec

Ce mécanisme Covax (COVID-19 Vaccine Global Access; accès mondial au vaccin contre la COVID-19) fait partie du dispositif international créé par l’OMS pour accélérer l’accès équitable aux outils de lutte contre la maladie.

L’OMS, qui travaille sur ce projet avec l’Alliance pour les vaccins (Gavi), s’est fixé comme objectif de disposer de 2 milliards de doses de vaccins d’ici la fin de 2021. Jusqu’à présent, elle a obtenu des centaines de millions de doses de vaccins auprès de trois laboratoires: AstraZeneca, Novavax et Sanofi-GSK, qui n’ont pas encore été autorisés par les autorités nationales.

Et « nous sommes également en pourparlers avec Pfizer et Moderna pour savoir si ces produits peuvent faire partie de la phase initiale de lancement des vaccins », a déclaré le conseiller principal auprès du chef de l’OMS, Bruce Aylward, lors d’un point de presse à Genève.

Il a toutefois souligné que « nous devons également nous assurer qu’ils sont à des prix appropriés pour les populations et pays que nous essayons d’aider ».

Le vaccin développé par les laboratoires américain Pfizer et allemand BioNTech est le premier à avoir été approuvé dans un certain nombre de pays occidentaux, dont le Royaume-Uni et les États-Unis, mais également dans de nombreux autres pays comme le Mexique et l’Arabie Saoudite.

Le vaccin de Moderna, élaboré par une jeune firme américaine, devrait être lui aussi très rapidement autorisé en urgence aux États-Unis.

À Genève, M. Aylward a salué les commentaires du patron de Pfizer, Albert Bourla, qui s’est publiquement engagé à réduire le prix du vaccin dans les pays à faible revenu.

« Il a déclaré que +nous nous sommes engagés à faire en sorte que nos produits soient utilisés dans le monde entier et nous reconnaissons que cela nécessite de fixer les prix à un niveau juste pour que cela fonctionne+ », a déclaré M. Aylward.

Le responsable de l’OMS a également indiqué que le mécanisme Covax souhaitait proposer un portefeuille diversifié de vaccins et évaluerait « tout produit ayant démontré son efficacité, sécurité et qualité ».

Ainsi, a-t-il dit, les vaccins développés par la Chine et la Russie pourraient également être évalués et utilisés par l’OMS « s’ils répondent aux normes d’efficacité et de sécurité ».

Près d’un an après la découverte des premiers cas de COVID-19 en Chine, M. Aylward a estimé qu’avec l’arrivée des vaccins « il y a de la lumière au bout du tunnel », tout en soulignant que le tunnel reste « long ».

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.