/entertainment/opinion/columnists
Navigation

Bonjour Ho**** qu’on est tanné!

ART-SUGAR SAMMY
Photo d'archives, Agence QMI Sugar Sammy

Coup d'oeil sur cet article

Moi, je la trouvais drôle, la blague du Bloc québécois, de remplacer le détesté « Bonjour-Hi » par « Bonjour-Ho », comme dans le Ho Ho Ho du père Noël.

Moi, elle m’a fait sourire cette publicité du temps des Fêtes, en forme de clin d’œil à la controverse de la langue d’accueil au centre-ville de Montréal.

Mais vu qu’en anglais « Ho » est aussi le diminutif de « whore », des commentateurs et des humoristes anglophones ont conclu que c’est comme si le Bloc disait « Bonjour, putain ».

Il y a vraiment des gens qui voient le mal partout.

LOST IN TRANSLATION

Il suffit que le Bloc québécois fasse une campagne de Noël avec un jeu de mots sur la fameuse expression « Bonjour-Hi », pour que des anglos crinqués grimpent dans les rideaux. Pourtant, il ne s’agit que d’affiches près des centres d’achats au centre-ville de Montréal... pendant une semaine. Avec le slogan : « En 2021, on se souhaite un Montréal en français ! »

Sophie et Richard ne sont pas bons aux fourneaux, mais ils savent cuisiner leurs invités! Invitez-vous à la table de Devine qui vient souper? une série balado originale.

That’s it, that’s all, comme on dit de plus en plus au Carrefour Laval.

Pourtant, ça a provoqué tellement de vagues chez les anglos qu’on aurait pu penser que c’était le scandale de l’année.

L’humoriste bilingue Mike Ward a déclaré à la Gazette : « C’est tellement bizarre. On pourrait penser que le Bloc aurait au moins une amie anglophone qui aurait pu leur dire : je n’aime pas quand tes amis me traitent de pute ».

L’humoriste polyglotte Sugar Sammy a tweeté trois blagues sur le « Bonjour-Ho », dont celle-ci, particulièrement vicieuse : « Le slogan du Bloc québécois ou comment les anglos saluent certains candidats d’Occupation double » (Monsieur Sucre est-il en train de traiter les participantes à cette téléréalité de prostituées ?).

Sur les ondes de CJAD, Thomas Mulcair trouve cette campagne « incroyable », et ce n’est pas un compliment. « Il faut qu’il y ait une personne au Bloc québécois pour leur dire que si une femme rentre dans un magasin et se fait dire “Bonjour Ho” ça risque de ne pas bien se passer ».

Dans la Gazette, toujours aussi nuancée et subtile quand il s’agit de parler du français au Québec, le chroniqueur Bill Brownstein prédit même que si des commerçants utilisent le « Bonjour-Ho », il risque d’y avoir des yeux au beurre noir et des lèvres fendues.

C’est quand même le boutte du boutte ! Ces commentateurs nous reprochent de ne pas connaître toutes les subtilités de LEUR langue tout en ridiculisant notre souci de nous faire accueillir dans NOTRE langue ! 

HOLLYWOOD-HI

L’affaire du « bonjourhogate » a dépassé nos frontières. J’ai même vu passer ce gazouillis de Seth Abramovitch, qui écrit pour  The Hollywood Reporter  : « La police de la langue du Québec presse les commerçants de remplacer Bonjour-Hi par Bonjour-Ho ». Il confond le Bloc et l’OQLF ! Ha ha ha. Ou plutôt, ho ho ho.

Une petite dernière en terminant. Dans Blanche-Neige, le film de Disney, quelle est la chanson que les sept nains chantent pour se donner du cœur à l’ouvrage ? « Heigh Ho, Heigh Ho » .

Hon, est-ce que les petites personnes traitent Blanche-Neige de prostituée ?