/opinion/columnists
Navigation

Jean-Yves Duclos voit grand pour Québec

Quebec
Photo Stevens Leblanc

Coup d'oeil sur cet article

Le président du Conseil du Trésor du Canada, Jean-Yves Duclos, a de grandes visées pour Québec : il se dit « très ouvert dès maintenant » à des discussions pour les phases suivantes du tramway, et reconnaît que le fédéral travaille au rachat du pont de Québec, qu’il espère annoncer rapidement.

À l’instar du maire Régis Labeaume, qui évoquait hier un prolongement du tramway après la première phase, le député de Québec croit que, pour éviter d’être fossilisé dans la première phase du projet, « il faut commencer déjà à penser aux autres phases qu’on pourrait vouloir mettre en appui à la première ».

En entrevue avec Le Journal, M. Duclos rappelle que c’est la responsabilité du gouvernement du Québec de déterminer ce qu’il souhaite pour la première phase et ce qu’il veut demander au gouvernement du Canada. 

« Ça leur revient, ils en ont la responsabilité et le privilège, mais s’ils souhaitent déjà envisager des appuis à venir, pour aller au-delà de cette première phase, rien n’empêche d’en discuter déjà maintenant, dit-il. Tout ça prend du temps à planifier et à discuter, donc je suis certainement très ouvert dès maintenant pour en parler. »

Il faut profiter de ce rare alignement des trois gouvernements qui sont prêts à travailler ensemble pour aller plus loin, croit le président du Conseil du Trésor. Il voit assurément juste sur ce point. Comme on dit, il faut battre le fer quand il est chaud.

Tourner en rond

M. Duclos souhaite lui aussi qu’on aille rapidement de l’avant avec la première phase, « afin d’éviter de tourner en rond et de perdre notre tour pour finalement se retrouver avec rien », ou avec un projet qui va coûter plus cher. 

Il faut éviter que le mieux devienne l’ennemi du bien, estime l’élu. « Trouver un projet qui va plaire à tout le monde, 100 % du temps, 100 % des gens et 100 % des aspects du projet, c’est impossible. »

L’élu rappelle que Québec demeure la seule ville de cette taille au Canada qui n’est toujours pas dotée d’un réseau de transport structurant, qu’elle a besoin de « cette épine dorsale » autour de laquelle structurer son développement économique et social.

Rachat du pont

Le député de Québec se range par ailleurs derrière les conclusions du rapport d’Yvon Charest et confirme que le fédéral travaille au rachat du pont de Québec. C’est selon lui la seule solution pour à la fois valoriser et pérenniser le pont de Québec. 

L’infrastructure patrimoniale doit être vue à son avis non pas « comme un passif et un problème », mais plutôt « comme un actif et une source de fierté pour la région de Québec. »

Ce rachat implique toutefois que l’on change toute la structure de propriété et de gouvernance du pont, dont le CN est propriétaire, et le gouvernement du Québec, le principal locataire. « Donc il faut changer la dynamique de contrat, et c’est pour ça que ça demande pas mal de temps », explique-t-il.

M. Duclos souligne que ça évolue dans la bonne direction et qu’il a très hâte de pouvoir annoncer de bonnes nouvelles, mais qu’il faut aussi s’assurer de faire les choses correctement. 

Aussi préfère-t-il ne pas s’avancer sur un règlement du dossier en 2021, ce qui serait néanmoins souhaitable, à mon avis, si on ne veut pas perdre, ici aussi, le momentum.