/opinion/blogs/columnists
Navigation

L’horreur du REM aérien

Maquette du projet du REM de l'Est de la Caisse de dépôt et placement du Québec dévoilé mardi.
Photo courtoisie, CDPQ Infra Maquette du projet du REM de l'Est de la Caisse de dépôt et placement du Québec dévoilé mardi.

Coup d'oeil sur cet article

Êtes-vous devenu fou, M. Legault? Essayez-vous de tuer Montréal? Faire passer le REM par voie aérienne, au-dessus du boulevard René-Lévesque de surcroît, est la pire idée urbaine que Montréal ait vue depuis des décennies.

Dire qu’on ne peut pas avoir de lignes de transport souterraines supplémentaires en raison des infrastructures souterraines existantes est une excuse irrecevable. Il n’y a qu’à creuser un peu plus profondément. De nombreuses grandes villes le font.

Ce que le nouveau projet du REM s’apprête à faire en plein centre-ville est une ânerie. Pas que le prolongement du REM soit une mauvaise idée en soit. Mais de la façon dont il est conçu, au centre-ville, il est inacceptable.

Bruyant et laid

D’abord, les métros aériens sont bruyants et laids. Ils dévalorisent les immeubles qui sont situés le long du trajet. Au centre-ville, ils favorisent la formation de poches de pauvreté. Ils attirent la criminalité. La ville perdra beaucoup d’argent dans les décennies subséquentes en raison de la dévaluation des immeubles situés le long du tracé aérien.

Remarquez aussi que le REM passe sous la montagne pour rejoindre le centre-ville. Pourquoi? Parce que jamais les riches et les résidents influents d’Outremont ou de Westmount n’auraient accepté qu’un métro aérien en provenance du nord passe par leur territoire pour rejoindre la Gare Centrale.  

Bonnes poires de l’est

Mais les autres Montréalais, ceux qui habitent l’est de la ville, sont de bonnes poires, semble-t-il. Sont-ils trop pauvres, trop peu influents ou trop peu éduqués pour se lever contre un projet qui va défigurer et incommoder leurs quartiers pendant des décennies? Essayez donc de faire passer une telle horreur dans l’ouest de Montréal. Sur René-Lévesque (qui à Westmount s’appelle toujours Dorchester), jusqu’aux environs du boulevard Décarie, par exemple. Pensez-vous un seul instant que les anglophones de Montréal l’accepteraient? Jamais!

Mais les Québécois francophones de Montréal-Est sont sans grande importance, il faut croire. 

Parions qu’il va s’en trouver pour soutenir ce projet désurbanisant.

Avarice à court terme

Avec une logique à la Séraphin Poudrier, ils diront que c’est toujours mieux d’avoir un projet que de ne pas en avoir du tout. Sauf qu’ils ne voient pas qu’à long terme, les inconvénients économiques du métro aérien sont infiniment plus coûteux que les bénéfices d’un métro souterrain.

Mais ça coûte cher, diront-ils encore. Oui, mais un métro, comme un pont, ne se construit pas pour la génération actuelle, mais pour les générations à venir.

Voulez-vous être maudit?

M. Legault, si vous voulez que les générations à venir de Montréalais vous maudissent chaque fois qu’ils lèveront les yeux pour regarder le ciel, laissez le REM se construire au-dessus des rues du centre-ville. Si, au contraire, vous voulez entrer dans le groupe des grands bâtisseurs comme les Jean Drapeau ou les Robert Bourassa qui ont su mener les grands projets malgré les critiques — incapables de voir les bénéfices à long terme —, alors optez pour un REM souterrain dans le centre-ville.