/entertainment/tv
Navigation

«Scoop»: Macha Grenon revit ses débuts

«Scoop»: Macha Grenon revit ses débuts
PHOTO COURTOISIE/Unis TV

Coup d'oeil sur cet article

Voilà qui ferait sûrement échapper un «Cercueil!» bien senti à Lionel Rivard (Rémy Girard) : Scoop sera rediffusée sur Unis TV à compter du début janvier, plus de 25 ans après sa présentation originale à Radio-Canada. 

En entrevue, Macha Grenon, qui partageait la vedette de la série de Réjean Tremblay et Fabienne Larouche avec Roy Dupuis et une pléiade d’autres grands noms (Léveillée, Lachapelle, Drainville, Castel, Ruel, Lorain, etc.) s’extasie du temps qui passe : elle a aujourd’hui 52 ans, et en avait à peu près 23 lorsqu’elle obtenu le rôle de la frondeuse Stéphanie Rousseau.

«On était jeunes! On était petits!», rigole-t-elle, émue.

Dans ses années de gloire, de 1992 à 1995, Scoop rejoignait tellement de téléspectateurs que les supermarchés en devenaient déserts le jeudi soir, se souvient l’actrice, un sourire dans la voix.

Évolution

Près de trois décennies et une dizaine de trophées Gémeaux et Métrostars plus tard pour les troupes du quotidien L’Express, le journalisme, les plateformes d’information et les salles de rédaction — de surcroît désertes depuis le début de la pandémie — se sont énormément transformés. Ça sera d’ailleurs là l’un des intérêts pour le public de revoir Scoop en 2021, croit Macha Grenon.

«Scoop»: Macha Grenon revit ses débuts
PHOTO COURTOISIE/Unis TV

«C’est intéressant d’un point de vue historique et socioculturel. Les plateformes médiatiques ont tellement évolué depuis! Dans le temps, une seule télésérie sortait à la fois. Tout le focus était donc dessus, pour le meilleur et pour le pire. Ç’avait quelque chose de rassembleur. Il pouvait y avoir quelque chose de beau, dans cette tradition de se faire raconter une histoire, tous en même temps, le jeudi, à 20 h.»

Émancipation

Scoop a eu l’effet d’une petite bombe dans la carrière de Macha Grenon, mais c’est d’abord son personnage de la photographe «junkie» Dominique Cartier, dans Lance et compte 2, qui avait initié la jeune artiste d’alors à la notoriété, quatre ans plus tôt.

Or, dans Scoop, elle incarnait la protagoniste et portait la fiction. La résonance était plus grande.

«Pour moi, cette exposition était impressionnante, puisque je suis quelqu’un de discrète de nature...», note Macha, qui parle de Scoop comme d’une école, compte tenu des pointures de talent qui lui donnaient la réplique.

«C’était tellement impressionnant! En même temps, le personnage principal de Scoop, c’était la salle de nouvelles. Quand on avait la chance d’avoir des scènes tous ensemble dans la salle, et que Rémy (Lionel) nous "runnait", avec ses "On tue la une!", c’était formidable. On formait un organisme vivant, inspiré de milieux de travail réels.»

Grenon s’était réjouie, à l’époque, quand son papa lui avait fait remarquer que sa Stéphanie représentait un modèle de jeune femme professionnelle et ambitieuse, en émancipation sur tous les plans, à la télévision québécoise.

«C’était un autre modèle de femme, différent de ceux qu’on avait déjà vus à la télé. Ce n’était pas une victime. Plusieurs années plus tard, j’ai reçu des échos de femmes qui me disaient qu’elles étaient devenues journalistes à cause de Stéphanie Rousseau», raconte Macha Grenon.

Scoop, le mardi à 21 h, dès le 5 janvier 2021, à Unis TV. La première saison des Honorables est toujours disponible sur Club illico.