/sports/football/alouettes
Navigation

Signatures très importantes chez les Alouettes, grâce à Vernon Adams fils

Eugene Lewis
Photo d'archives, Agence QMI Eugene Lewis

Coup d'oeil sur cet article

Le directeur général des Alouettes Danny Maciocia a trouvé en Vernon Adams fils un allié précieux pour construire son équipe en vue de la prochaine saison. En effet, le quart-arrière de la formation montréalaise a accepté de restructurer son contrat, ce qui a notamment permis d’assurer le retour du receveur de passes Eugene Lewis et du joueur de ligne offensive Tony Washington.

• À lire aussi: Les Alouettes annoncent une série de signatures

• À lire aussi: Stanback rentre au «bercail»

La baisse de salaire acceptée par Adams fils a effectivement permis aux Alouettes d’accorder des contrats d’un an mercredi à Lewis et Washington.

«Ça n’arrive pas souvent dans le sport professionnel que tes joueurs vedettes vont accepter de faire des sacrifices pour garder le noyau en place, a raconté Maciocia par visioconférence. Ça démontre quel genre de leader est Vernon.»

Le pivot de 27 ans, dont le contrat est valide jusqu’en 2022, avait tendu la perche à la direction des Alouettes lorsque la saison de la Ligue canadienne de football a été annulée en raison de la COVID-19.

«J’avais contacté Danny pour lui dire que s’il avait besoin de mon aide pour parler aux gars (pour les convaincre de rester la saison prochaine) ou pour quoi que ce soit, de me laissez-moi savoir, a dit Adams fils. Je voulais aider pour garder les joueurs de talent ici et pour rester compétitifs.»

Il n’a pas eu à réfléchir très longtemps lorsque Maciocia l’a contacté récemment pour lui expliquer ce qu’il avait en tête.

«Je voulais absolument lui parler de mon plan pour que ça devienne notre plan, a indiqué le directeur général des Alouettes. On partageait la même opinion. Notre noyau, on voulait le garder en place, tout en sachant que ce serait impossible de ramener tout le monde (...) Il était prêt à travailler avec nous et ça a donné l’élan pour que tout le monde embarque.»

En 2019, Adams fils a terminé au deuxième rang de la Ligue canadienne de football (LCF) avec 24 passes de touché. Il a complété 283 de ses 431 passes tentées pour des gains de 3942 verges, et ce, en 16 parties. Lewis a été sa cible de prédilection, captant 72 passes pour des gains de 1133 verges et cinq majeurs.

Une œuvre collective

Il n’y a pas qu’Adams fils qui a accepté de faire des concessions contractuelles pour pouvoir jouer la saison prochaine, comme l’a rappelé Maciocia. D’autres joueurs, dont Washington et Lewis, ont accepté des compromis pour le bien de l’équipe.

«Ce sont des individus qui ont démontré beaucoup de leadership avec tout ce qu’on est en train de vivre avec la pandémie. Leur geste et le fait qu’ils seront de retour avec les Alouettes m’inspirent.»

«Nous avions une équipe compétitive et, avec les autres éléments qu’on va ajouter, nous aurons une réelle chance de compétitionner pour le championnat en 2021», s’est réjoui Maciocia.

C’est d’ailleurs cet objectif de remporter la coupe Grey qui a convaincu Lewis d’accepter la proposition des Moineaux.

«C’était une belle opportunité pour moi de revenir. J’aime Montréal et j’aime le noyau qu’on a présentement. On y va pour gagner. Nous connaissons tout le potentiel de cette équipe, a dit le receveur de passes.

«Si tu veux atteindre un certain statut, un certain niveau, tu dois faire des sacrifices, a-t-il ajouté. Je sais les gars dont nous avons besoin et ce dont on est capable. L’important, c’est de gagner.»

Washington content d'être de retour

Washington n’a pas hésité longtemps lui non plus à revoir ses attentes contractuelles à la baisse pour pouvoir poursuivre avec les Alouettes.

«Je suis content d’être de retour. Nous avons vu quelque chose avec cette équipe la saison dernière. On a tout laissé sur le terrain et nous voulions y rester. C’est pour ça que je reviens», a lancé le joueur de ligne offensive, qui comprend bien que les joueurs doivent aussi assumer les coûts de la COVID-19.

«Que les joueurs s’y attendent ou non, c’est la réalité maintenant avec la LCF, a-t-il poursuivi. Pour moi c’était clair. Pour d’autres, ils vont le comprendre assez vite quand ils parleront à leur agent.»

Washington en sera à sa 10e campagne dans la LCF. Il a disputé 117 parties en carrière dans le circuit canadien.