/portemonnaie/job
Navigation

Télétravail : vous avez droit à des déductions d’impôts allant jusqu’à 400$

Video conference between coworkers
Photo Adobe Stock

Coup d'oeil sur cet article

Les gouvernements fédéral et provincial vous proposent une nouvelle méthode simplifiée pour déduire vos frais de télétravail accumulés en 2020 : 2 $ par jour de télétravail jusqu’à concurrence de 400 $. La beauté de la chose? Même pas besoin de présenter de reçus! Explications.  

Cette année, deux options s’offrent à vous pour les impôts quant au télétravail: la méthode à taux fixe temporaire et la méthode détaillée. La première se veut la plus simple, mais la deuxième peut s’avérer plus payante si avez gardé précieusement tous vos reçus.  

Méthode à taux fixe temporaire : le plus simple, aucune preuve requise     

Cette méthode temporaire, comme son nom l’indique, permet aux nouveaux télétravailleurs un petit allègement fiscal auquel on ne dira pas non.  

Le seul critère 

Pour être admissible, vous devez simplement répondre à ce critère : 

· Avoir travaillé de la maison plus de 50% du temps pendant une période d’au moins quatre semaines consécutives en 2020 en raison de la pandémie. 

Vous pouvez réclamer 2 $ pour chaque jour où vous avez travaillé de la maison pendant 4 semaines consécutives et 2 $ pour chaque jour supplémentaire où vous avez travaillé de la maison en 2020 en raison de la pandémie, jusqu’à concurrence de 400 $ par personne, soit 200 jours travaillés.  

Aussi, toutes les personnes qui ont fait du télétravail à partir du même domicile peuvent faire leur demande! Passez le mot aux colocs.  

C’est pour qui? 

La beauté de la méthode à taux fixe temporaire, c’est que vous n’avez pas besoin de calculer les dimensions de votre espace de travail ni de fournir des reçus. En plus, votre employeur n’a pas à remplir de formulaire.  

«Quelqu’un qui a pas trop gardé ses factures cette année devrait y aller pour la méthode à taux fixe temporaire, croit Alexandre Hunault (LL.M. Fisc, Pl. Fin.), fiscaliste à la Financière des professionnels (FDP).  

Ce dernier rappelle que la méthode détaillée (ci-bas) sera toujours offerte et qu’un travailleur peut décider de choisir la méthode simple en 2020 tout en gardant un œil plus attentif à ses reçus en 2021. 

En bref, la méthode à taux fixe temporaire est l’option la plus simple pour le commun des mortels qui ont découvert les aléas du télétravail avec l’arrivée du virus.  

Méthode détaillée : déduire les frais de bureau et sa superficie  

Cette méthode plus complexe est offerte année après année. Elle s’adresse principalement aux personnes qui ont l’habitude d’être en télétravail puisqu’on calcule ici le pourcentage des dépenses réelles en fonction de la superficie du bureau. Si la paperasse ne vous fait pas peur, continuez à lire.  

Les critères 

Pour avoir le droit de demander des déductions liées à vos frais de bureau, vous devez répondre à TOUS ces critères : 

· Vous avez travaillé à partir de la maison en 2020 en raison de la pandémie de COVID-19 ou votre employeur vous a demandé de travailler de la maison; 

· Vous avez travaillé de la maison plus de 50 % du temps pendant une période d’au moins quatre semaines consécutives cette année; 

· Vous avez obtenu un formulaire T2200S ou un formulaire T2200 rempli et signé de votre employeur; 

· Vos dépenses sont directement liées à votre travail au cours de la période (papier, imprimante, encre, crayons) et les frais liés au domicile (Internet, électricité, loyer, etc). 

Attention, il vous faut des reçus pour justifier TOUTES les dépenses que vous comptez faire déduire!  

«La méthode détaillée vient avec plus de paperasse et ça vient avec le risque de faire vérifier nos dépenses. Il faut s’assurer que nos dépenses sont justifiées», prévient le fiscaliste Alexandre Hunault. 

C’est pour qui? 

D’abord, assurez-vous que votre bureau ne sert qu’au travail et RIEN d’autre. 

«Quelqu’un qui n’a pas un bureau dédié, garde à vous! Il faut que le bureau soit utilisé SEULEMENT à des fins d’affaires et des vérificateurs peuvent venir vérifier. Si on utilise le salon, ça ne fonctionne pas», rappelle le fiscaliste.  

Dans cette option, on calcule non seulement les frais liés au travail mais la superficie de votre espace de travail.  

«Dans la méthode détaillée, on prendra un pourcentage des dépenses réelles en fonction de la superficie du bureau. Si par exemple votre bureau occupe 20% de la superficie de votre appartement et que vous avez travaillé de février à décembre dans un logement dont le loyer est de 1000 $ par mois, le calcul donnerait 2200 $ (1000 $ X 11 mois X 20%), ce qui est plus avantageux», explique Nicolas Godbout (M. Fisc, Pl. Fin.), fiscaliste et planificateur financier chez Impôts Ici!. 

Pour le locataire, la déduction du loyer peut être payante si on choisit la méthode détaillée. 

«Les dépenses du domicile pour un propriétaire sont assez limitées par rapport au locataire. Les intérêts hypothécaires, le versement de l'hypothèque et les taxes municipales et scolaires ne sont pas déductibles. Pour un proprio, ça rend l'option à taux fixe souvent plus attrayante», laisse savoir Nicolas Godbout. 

Par contre, encore faut-il être capable de justifier toutes les dépenses encourues pour le travail à domicile! 

Pour réclamer ces déductions dans votre prochaine déclaration d’impôts, comparer les options et pour connaître toutes les exceptions, c’est ICI. 

Quant au gouvernement provincial, un ligne un outil de calcul interactif sera disponible à www.finances.gouv.qc.ca

-Avec la collaboration de Gabriel Ouimet

Suivez-nous sur
les réseaux sociaux