/news/currentevents
Navigation

Brind'Amour pourra demander sa libération après 16 ans

Brind'Amour pourra demander sa libération après 16 ans
Courtoisie

Coup d'oeil sur cet article

Le Montréalais qui a tué sa conjointe à coups de bâton avant de la jeter aux ordures en 2018 pourra faire une demande de libération conditionnelle après 16 ans d’emprisonnement. 

Le 26 novembre dernier, un jury avait déclaré Simon Brind’Amour coupable du meurtre au deuxième degré de Josiane Arguin et d’outrage à un cadavre.

«Un autre drame dans un contexte de violence conjugale, encore. Il a tué une jeune femme qui avait l’avenir devant elle. Les tribunaux martèlent depuis des années que la violence conjugale doit cesser, violence gratuite, tordue, inexplicable, inexcusable. Une sentence peut être une voie pour dénoncer les crimes odieux», a souligné jeudi la juge Hélène Di Salvo.

Le corps de la victime ne fut jamais retrouvé, enfoui sous des tonnes de déchets dans un site d’enfouissement.

L’accusé et la victime s’étaient rencontrés en juin 2017, mais rapidement, une relation toxique s’est développée.

Le couple consommait beaucoup de drogue et d’alcool, mêlé à des problèmes financiers.