/opinion/columnists
Navigation

Aide à mourir: ça en dit long sur nous...

Coup d'oeil sur cet article

Lundi, alors que se déroulait un forum sur l’élargissement de l’aide médicale à mourir pour les personnes atteintes de troubles mentaux, le ministre de la Santé Christian Dubé a dit que le Québec « doit continuer d’être un précurseur » dans le dossier.

Qu’est-ce que ça veut dire au juste ?

Que le Québec devrait ouvrir cette boîte de Pandore afin de montrer au reste du pays à quel point nous sommes « à l’avant-garde » ? À quel point nous sommes ouverts, progressistes, novateurs ? Pourquoi ne pas permettre l’aide médicale à mourir aux autistes ou aux trisomiques, tant qu’à faire ? On serait les premiers au monde ! « Youhou, regardez-nous, comme nous sommes précurseurs, au Québec ! »

UNE OPTION À ENVISAGER ?

Primo, qu’est-ce qu’on entend par « personnes souffrant de troubles mentaux » ?

Des gens qui souffrent de schizophrénie ? De dépression ? De troubles anxieux ?

Est-ce que ça comprend les bipolaires ? Les personnes souffrant d’un trouble de personnalité limite ? De troubles compulsifs ?

Savez-vous quel est le pire cauchemar des gens qui ont, dans leur famille ou leur entourage proche, une personne souffrant d’un trouble de santé mentale ?

Qu’un soir, un policier les appelle à deux heures du matin pour leur dire que cette personne qu’ils aiment de tout leur cœur est « passée à l’acte ».

Combien d’argent on dépense chaque année pour dire aux gens que le suicide n’est pas une option ?

Et là, soudainement, le gouvernement et la société québécoise au grand complet diraient que finalement, oui, le suicide est bel et bien une avenue à envisager ?

La preuve : nous offrons maintenant ce « service » ?

Savez-vous tout le mal que cela ferait aux bénévoles qui travaillent justement à sauver les gens du suicide ?

Sophie et Richard ne sont pas bons aux fourneaux, mais ils savent cuisiner leurs invités! Invitez-vous à la table de Devine qui vient souper? une série balado originale.

Aussi bien tirer la plogue sur Suicide Action !

LA VIE AVANT LA MORT

Je comprends que la souffrance mentale est aussi douloureuse et aussi insupportable que la souffrance physique. Mais comme Gabriel Nadeau-Dubois de Québec solidaire l’a dit : « On doit aussi se questionner, comme société, sur ce qu’on fait pour accompagner ces gens-là dans leur vie... » On parlera d’élargir l’aide médicale à mourir aux personnes atteintes de troubles mentaux le jour où on aura tout fait pour rendre leur vie plus belle, plus supportable.

Or, c’est loin d’être le cas !!!

La santé mentale est l’angle mort de notre système de santé !

On commence tout juste à en parler, à s’y intéresser !

Avez-vous déjà parlé à des gens qui ont essayé d’interner un proche afin de le protéger contre lui-même ?

C’est la croix et la bannière !

Il faut attendre que cette personne ait commis un geste grave pour que les policiers acceptent de l’emmener à l’urgence psychiatrique !

Sans parler des désespérés qui se font abattre par des flics alors qu’ils sont en pleine crise...

HONTEUX

Juste le fait qu’on envisage sérieusement d’élargir l’aide médicale à mourir à cette catégorie de personnes me dégoûte.

Ça en dit long sur notre société.

Au lieu de tout faire pour offrir de meilleurs soins aux personnes gravement malades, on demande à nos médecins de les aider à mourir !

Vraiment ? Nous sommes rendus là ?

Si oui, honte à nous...

Centres de prévention du suicide : 1-866-APPELLE (277-3553)