/portemonnaie/business
Navigation

Les séances de «live shopping», la nouvelle façon de magasiner

Capture d'écran d'une séance de live shopping. Comme on peut le constater, les clients peuvent interagir entre eux ou avec le représentant de la compagnie. Les produits présentés sont indiqués au bas de la vidéo, ce qui permet aux consommateurs de les acquérir en moins d'un clic.
Courtoisie Livescale Capture d'écran d'une séance de live shopping. Comme on peut le constater, les clients peuvent interagir entre eux ou avec le représentant de la compagnie. Les produits présentés sont indiqués au bas de la vidéo, ce qui permet aux consommateurs de les acquérir en moins d'un clic.

Coup d'oeil sur cet article

Déjà très prisées en Asie, les séances de magasinage à distance en direct (live shopping) connaissent un élan de popularité mondial. Portrait de cette nouvelle tendance.

Le mode de fonctionnement est simple: les clients d'une compagnie reçoivent un lien leur permettant d’assister à une séance de magasinage en direct. Durant celle-ci, un représentant commercial montre et décrit les produits, interagit avec les spectateurs et répond à leurs questions. 

On peut, tout au long de la présentation, cliquer sur les produits qu'on souhaite acheter et conclure la transaction. Pas plus compliqué!

Nancy Painson, fondatrice de l'entreprise Les Assaisonnements Épis d'Or, simule une séance de magasinage en direct (live shopping) au centre api à Laval
Alex Proteau
Nancy Painson, fondatrice de l'entreprise Les Assaisonnements Épis d'Or, simule une séance de magasinage en direct (live shopping) au centre api à Laval

Une plateforme montréalaise 

L'entreprise montréalaise Livescale offre aux commerçants une plateforme numérique de live shopping pour utiliser cette technique de vente. 

«C'est totalement une voie du futur», affirme la porte-parole de la compagnie, Madison Schill, tout particulièrement dans le contexte actuel où on tente de réduire au maximum les contacts en personne. 

Mme Schill croit quand même que ces plateformes ne remplaceront pas totalement l'expérience en magasin. «Je crois que les entreprises veulent offrir le choix aux clients de magasiner en ligne ou d’aller en magasin, surtout dans ces temps présents.»

Livescale compte 500 clients, dont de grandes marques comme L'Oréal. Elle offre, depuis 2019, ses services aux entreprises ayant pignon sur rue, et a agrandi sa clientèle, au mois de juin dernier, en offrant sa technologie aux commerçants qui vendent sur la plateforme Shopify et qui n'ont pas nécessairement de boutique physique.

L'expérience de Moov Activewear 

Moov Activewear, une compagnie de vêtements qui n'a pas de local commercial, a tenté l’expérience à deux reprises lors de lancements de collections. «Ça amène vraiment une autre expérience client», explique la cofondatrice, Geneviève Tremblay. Lors de son premier live, pas moins de 800 personnes suivaient l’événement.

«Les gens peuvent acheter directement en cliquant sur les images qui déroulent dans leur écran et n’ont pas besoin de passer par le site web», résume-t-elle, y voyant une version modernisée du magasinage qui se faisait autrefois en direct à la télé, comme par exemple avec des émissions comme Shopping TVA. 

Selon elle, pour obtenir du succès avec le live shopping, il est indispensable d’avoir au préalable une communauté de clients, par exemple sur les réseaux sociaux. 

Aider les commerçants à prospérer  

Henri Desrochers, chargé de projets pour le Centre québécois d'innovation en commerce, travaille au nouveau centre api à Laval afin d'aider les commerçants à se familiariser avec les nouvelles technologies, dont le live shopping.
Alex Proteau/Agence QMI/24H
Henri Desrochers, chargé de projets pour le Centre québécois d'innovation en commerce, travaille au nouveau centre api à Laval afin d'aider les commerçants à se familiariser avec les nouvelles technologies, dont le live shopping.

Pour prospérer dans un marché où la vente en ligne prend de plus en plus de place, il faut être bien outillé.

Le Cercle api (pour «Achetons plus. Ici»), un centre de formation technologique pour commerçants, vient d'ailleurs tout juste de démarrer au Centropolis à Laval.

Les commerçants y sont guidés par des conseillers afin d’identifier leurs besoins et les solutions appropriées pour propulser leur commerce. 

L'endroit comprend notamment un studio pour tenir des séances de live shopping, avec de l'éclairage, un bon micro et un support pour caméra.

«On veut créer une deuxième maison pour les commerçants. [...] C’est vraiment de compléter les opérations au niveau marketing, opérationnel ou de la technologie. On veut intégrer ça au même endroit pour que ça devienne un hub pour les commerçants», a souligné le chargé de projet au centre api, Henri Desrochers.

Pour encourager l’achat local, l'endroit abrite aussi un espace de montre réunissant les produits de 70 artisans.

Il y a aussi des casiers dans lesquels les clients peuvent venir chercher la marchandise achetée en ligne. 

Le centre a une entente avec Laval jusqu’à la fin janvier, mais il est possible que le tout soit prolongé, avance M. Desrochers. Il aimerait que d'autres centres du même genre s’installent dans d’autres villes québécoises l’année prochaine. 

Suivez-nous sur
les réseaux sociaux