/news/health
Navigation

Une invitation au rachat de vacances qui passe de travers

Des employés du CHU de Québec sont insultés par le message de leur employeur

Quebec
Photo Stevens LeBlanc Le CHU de Québec, dont fait partie l’Hôpital de l’Enfant-Jésus, cherche des volontaires afin de combler certains quarts de travail durant la période des Fêtes. Des employés ont qualifié de « maladroit et insultant » le message d’invitation envoyé par le CHU.

Coup d'oeil sur cet article

L’invitation du CHU de Québec faite à ses employés pour « venir prêter main-forte » à leurs collègues durant le temps des Fêtes plutôt que de « rester chez vous à regarder des films de Noël en boucle » passe de travers dans la gorge de plusieurs travailleurs, qui jugent l’offre « insultante » alors qu’ils sont déjà « épuisés » par les derniers mois à combattre la pandémie.

• À lire aussi: Victime d’un cancer, elle doit s’armer de patience

• À lire aussi: Suspension des activités à l’urgence de l’hôpital Chauveau

Dans un message envoyé aux travailleurs et dont Le Journal a obtenu copie, le CHU de Québec cherche des volontaires afin de combler certains quarts de travail durant la période des Fêtes.

On propose aux employés de racheter leurs journées de vacances prévues à taux et demi, selon ce qui est prévu dans la convention collective. 

Rappelant « le confinement imposé par le gouvernement » et le fait que « plusieurs plans de vacances tombent à l’eau », on demande ainsi aux employés de venir travailler « une fois bien reposés ».

« Comme la majorité des employés du CHU, vous avez pris des vacances durant le temps des Fêtes pour vous réunir en famille ? Considérant le contexte épidémiologique et le confinement exigé par le gouvernement, plusieurs plans de vacances tombent donc à l’eau. Une fois bien reposés, tant qu’à rester chez vous à regarder des films de Noël en boucle, nous vous invitons à venir prêter main-forte à vos collègues en place ! » est-il écrit.

Le dernier paragraphe de ce message du CHU de Québec fait réagir chez les employés.
Capture d'écran
Le dernier paragraphe de ce message du CHU de Québec fait réagir chez les employés.

« Vraiment maladroit »

Mais pour les travailleurs de la santé, épuisés par les derniers mois à combattre la COVID, le ton et l’approche utilisés ne passent tout simplement pas.

Sur les réseaux sociaux, ils ont été nombreux à dénoncer le message, qu’ils qualifient notamment de « vraiment maladroit » et « très insultant ».

« Le volontariat, ça fonctionne. Mais là, un moment donné, ils [les travailleurs] ont été volontaires longtemps. Là, ils sont brûlés. Durant les Fêtes, même si ce n’est pas des grosses Fêtes, ils pensaient passer du temps en famille et se reposer. Même s’ils écoutent des films de Noël en boucle, ils ont besoin de repos », exprime le président du Syndicat des travailleuses et travailleurs du CHU de Québec, Pierre Émond.

Des réactions partagées

Du côté du CHU de Québec, on rappelle que le rachat de vacances est une situation qui existe déjà et qui « avait bien fonctionné » au printemps et à l’été.

« Certains [des employés] ont pris le message de façon positive, mais d’autres l’ont pris de manière très négative. [...] On a essayé d’amener une touche un peu humoristique, sarcastique », convient Geneviève Dupuis, porte-parole du CHU de Québec. Il y en a qui ont été choqués et d’autres qui en ont ri ».

« C’est certain qu’on est sensible au fait que ça choque des gens. Ce n’est pas notre volonté assurément », ajoute-t-elle.

L’appel au volontariat prendra fin ce vendredi, mais déjà, Mme Dupuis avance que la réponse a été bonne chez les employés.