/world/america
Navigation

«Femme à barbe» ou mue «en crocodile», les risques du vaccin Pfizer selon Bolsonaro

«Femme à barbe» ou mue «en crocodile», les risques du vaccin Pfizer selon Bolsonaro
AFP

Coup d'oeil sur cet article

BRASILIA | Le président brésilien Jair Bolsonaro a lancé une attaque en règle à l’encontre des vaccins contre la COVID-19, n’hésitant pas à assurer que celui de Pfizer pouvait transformer les personnes vaccinées en «femmes à barbe» ou «en crocodiles».

• À lire aussi: Tous les développements de la pandémie de COVID-19

• À lire aussi: Le vice-président américain Mike Pence vacciné contre le coronavirus

• À lire aussi: Un cas de forte réaction allergique au vaccin Pfizer en Alaska

«Dans le contrat de Pfizer, c’est très clair: “nous ne sommes pas responsables de quelconques effets secondaires”. Si tu te transformes en crocodile, c’est ton problème», a lancé le chef de l’État jeudi, lors d’un discours à Porto Seguro (nord-est).

Il faisait allusion au vaccin élaboré par le laboratoire américain Pfizer et l’allemand BioNTech, testé au Brésil depuis des semaines et déjà utilisé pour le lancement de l’immunisation de la population au Royaume-Uni ou aux États-Unis.

«Si tu deviens surhomme, si une femme commence à avoir de la barbe qui pousse ou si un homme commence à parler avec une voix efféminée, ils (les laboratoires) n’ont rien à voir avec ça», a lancé le dirigeant d’extrême droite sur un ton provocateur.

Jeudi, malgré les réticences du président, la Cour suprême a rendu la vaccination contre la COVID-19 obligatoire, mais non «forcée» dans le pays le plus endeuillé au monde derrière les États-Unis, avec près de 185 000 morts.

Cela signifie que les autorités ne pourront pas faire usage de la force pour obliger une personne à se faire vacciner, mais qu’elles pourront lui infliger une amende ou lui interdire la fréquentation de certains lieux publics.

«Le vaccin, une fois qu’il sera certifié par (l’agence régulatrice) Anvisa, sera accessible à tous ceux qui le veulent. Mais, moi, je ne me ferai pas vacciner» , a insisté Jair Bolsonaro à Porto Seguro.

«Certains disent que je donne un mauvais exemple. Mais aux imbéciles, aux idiots qui disent ça, je réponds que j’ai déjà attrapé le virus, j’ai les anticorps, alors pourquoi me faire vacciner?», a-t-il poursuivi, ignorant apparemment les cas de recontamination survenus dans le monde, Brésil inclus.

Le chef de l’État a été contaminé par le nouveau coronavirus en juillet, et s’est rétabli après une vingtaine de jours, sans ressentir de symptômes graves.

Ce pays de dimensions continentales et 212 millions d’habitants fait face à une deuxième vague puissante de pandémie.

Mercredi le record des nouvelles contaminations en 24 heures a été battu (plus de 70 000) et jeudi le pays est repassé au-dessus des 1000 décès dus à la COVID par jour, pour la première fois depuis le 30 septembre.

La vaccination s’annonce chaotique au Brésil, avec un plan national d’immunisation tardif critiqué de toutes parts et l’effet dissuasif des propos présidentiels sur la motivation des Brésiliens à se faire vacciner.