/opinion/blogs/mechantsraisins
Navigation

Nos auteurs

Beaujolais et tourtière: le match parfait!

Beaujolais et tourtière: le match parfait!
Photo Patrick Désy

Coup d'oeil sur cet article

Avec les plats traditionnels de Noël, que ce soit la tourtière, le cipaille, la dinde, la farce, même les petites saucisses hot-dog dans la sauce HP aux cerises, il est préférable d’opter pour un vin léger et fruité qui égaye le gosier. À ce jeu, personne ne fait mieux que le beaujolais.

D’entrée de jeu, sortez-vous de la tête l’idée du beaujolais monolithique et aseptisé, dilué, mou et laissant une impression de boire du... Kool-Aid. Je vous parle de la vraie affaire. Le gamay cultivé, récolté et vinifié avec sérieux et passion. Des vins qui chantent le terroir. Par son fruité, son acidité naturelle, ses parfums envoûtants, le beaujolais peut faire des mariages parfaits avec les plats du temps des Fêtes. Voici deux nouveautés à ne pas manquer!

Buvez moins. Buvez mieux. 

Quentin Harel, Domaine de Buis-Rond, Buyon 2018, Beaujolais, France

  • 20,30 $ - Code SAQ 14558793 – 12 % - 1,2 g/L - biologique

Une nouveauté pour moi. Impossible de ne pas sourire au premier nez. L’impression de courir dans un champ au printemps, de goûter la fraise de juin. On perçoit un peu de volatiles qui viennent jazzer les parfums, ce qui ajoute au plaisir. Le vin est soyeux, frais, énergique, précis tout en restant simple. Meilleur après 2-3 heures d’ouverture, il mérite un passage en carafe si vous considérez le boire à plusieurs. Un vin de cœur et d’une étourdissante buvabilité. Servir assez frais. Boire sur les 2-3 prochaines années.

*** $$

Yann Bertrand, Phénix 2019, Fleurie, France

  • 44,50 $ - Code SAQ 14222675 – 13 % - 1,2 g/L

Un autre vin dont la seule chose que je connaissais, c’est l’appellation. Avec Morgon et Moulin-à-Vent, la commune de Fleury produit parmi les meilleurs vins du Beaujolais, dont certains peuvent se bonifier de longues années. En ouverture, le vin paraît sur la réserve avec un nez discret et une bouche monolithique. En s’oxygénant sur quelques heures, il gagne en nuance et en intensité. Un fruité nourri donnant une matière à la fois soyeuse et vibrante. Un vin séveux possédant une longue finale parfumée rappelant la mine de crayon. Plus intellectuel que charnel, mais la qualité est indéniable.

*** 1⁄2 $$$$