/sports/hockey
Navigation

Coéquipiers en attendant la bataille de l’Alberta

Coup d'oeil sur cet article

Le Québécois Jakob Pelletier, repêché en première ronde par les Flames de Calgary en 2019, et l’Albertain Dylan Holloway, un espoir des Oilers d’Edmonton, font la paire actuellement avec Équipe Canada junior, mais le jour viendra bien vite où ils s’affronteront dans le cadre de la bataille de l’Alberta. 

«On se concentre sur ce qui se passe ici et après, on verra», a déclaré Pelletier, amusé, lorsqu’on lui a présenté la situation pendant le point de presse de l’équipe canadienne samedi.

Holloway était justement à ses côtés pour répondre aux questions des journalistes. Ce joueur des Badgers de l’Université du Wisconsin, choisi 14e au total lors du récent repêchage, avoue d’ailleurs vivre des moments particuliers puisque l’équipe canadienne utilise le vestiaire des Oilers pendant le Championnat mondial de hockey junior se déroulant à Edmonton.

«C’est énorme, il y a les bains chauds et les bains froids, c’est plutôt fou et très cool!» a décrit Holloway.

«Il y a de l’espace en masse, c’est très bien, mais dans deux ou trois ans, je risque d’haïr davantage ce vestiaire», a répliqué Pelletier, à la blague.

Un trio rapide

Pour l’heure, Pelletier et Holloway risquent de compléter un trio avec Alex Newhook avec la formation canadienne.

«C’est facile de jouer avec lui, on se complète bien, a dit Pelletier à propos de Holloway. Je pense que notre trio est très bon en échec-avant, nous sommes rapides et cela nous sera utile autant offensivement que défensivement.»

«J’aime jouer avec Pelletier, il est super rapide et travaille avec intensité», a pour sa part décrit Holloway.

Divertir le peuple

À moins d’un changement, le premier match officiel du Canada dans le tournoi aura lieu le 26 décembre contre l’Allemagne. En raison des cas de COVID-19 chez les équipes allemandes et suédoises, le calendrier préparatoire a par ailleurs été charcuté de six parties sur 10. Le Canada ne disputera donc qu'une rencontre du genre, soit mercredi face à la Russie.

Évidemment, les joueurs de l’équipe canadienne savent que les regards seront tournés vers eux au cours des prochaines semaines, d’autant plus que plusieurs personnes au pays demeurent confinées à domicile en raison de la pandémie.

«On sait que 2020 a été une année difficile pour le hockey et pour le monde au complet, on va tenter d’apporter un peu de bonheur aux Canadiens, a statué Pelletier. Mais est-ce qu’on ressent une pression de plus? Je ne pense pas.»

La pression a toujours été grande sur Équipe Canada junior (ÉCJ), pandémie ou pas.