/news/coronavirus
Navigation

Files d’attente interminables dans les centres commerciaux

Des milliers de Québécois ont profité de la dernière fin de semaine avant Noël

Coup d'oeil sur cet article

Si des milliers de Québécois se sont rués vers les centres d’achats, samedi, pour finaliser leurs emplettes de Noël, ils ne devraient vraiment pas inviter des personnes vulnérables dans leur bulle pendant les Fêtes, s’inquiète un expert.  

• À lire aussi: Frénésie des Fêtes dans les centres d’achats de Québec

• À lire aussi: Restrictions sanitaires: de l’aide pour les commerces non essentiels qui doivent fermer pendant les Fêtes

• À lire aussi: Tous les développements de la pandémie de COVID-19

« À Noël, les gens ont tendance à magasiner en groupe, ils flânent, puis ils retournent chacun dans sa bulle. Le danger, c’est pour les personnes vulnérables qui vont être invitées dans ces bulles-là. Quelqu’un qui s’est contaminé aujourd’hui va être contagieux à Noël, mais ne sera pas nécessairement symptomatique », se désole le Dr François Marquis, chef de l’unité des soins intensifs de l’Hôpital Maisonneuve-Rosemont.

Même si le gouvernement a invité la population a faire ses achats en avance, la frénésie du magasinage d’avant-Noël se faisait sentir samedi dans plusieurs centres commerciaux de la province.

Or, la hausse des cas de COVID-19 des dernières semaines, dont 2038 infections déclarées samedi, inquiète le gouvernement, qui remettra le Québec sur pause dès le 25 décembre. 

Malgré les gardiens de sécurité qui contrôlaient les entrées à plusieurs endroits, épaulés par les policiers déployés, il n’en reste pas moins que de longues filées d’acheteurs se sont formées.

Files interminables 

Les consommateurs devaient faire preuve de patience dans les files d’attente aux portes du Carrefour Laval, samedi.
Photo Agence QMI, Joël Lemay
Les consommateurs devaient faire preuve de patience dans les files d’attente aux portes du Carrefour Laval, samedi.

Au Carrefour Laval, à chacune des portes, au moins une cinquantaine de personnes attendaient dehors dans des files interminables de plusieurs dizaines de mètres.

« C’est juste fou », a pour sa part commenté Valeria, 18 ans, bouche bée devant cette cohue. « On va faire le tour, pour voir si c’est moins pire aux autres portes, mais sinon on reviendra une autre fois », décide Anna, à ses côtés. 

L’attente a toutefois eu raison de plusieurs groupes, qui ont préféré rebrousser chemin. Aux Galeries d’Anjou, on notait 40 minutes pour entrer. Même son de cloche aux Galeries de la Capitale, à Québec, qui ont connu « possiblement » leur record d’achalandage pour cette période des Fêtes, selon le directeur général, Stéphan Landry. 

« On est à l’aise. Il n’y a pas trop de monde, et les gens gardent leur distance alors c’est bien », lance Natalia Pereira, 24 ans, à la recherche d’un tout dernier cadeau à Saint-Bruno. 

D’autres grands centres commerciaux de Montréal et de la Rive-Sud étaient cependant loin d’atteindre l’achalandage du Vendredi fou.

Malgré tout, la distanciation était bien respectée, a noté Le Journal lors de son passage à ces endroits.

Pensez-y deux fois

Pour le Dr Marquis, il est néanmoins clair qu’il y aura une augmentation considérable du nombre d’infections dans les environs du jour de l’An, et que ça aura un gros impact sur les hôpitaux, qui sont déjà débordés

« On risque collectivement de regretter amèrement notre retour des Fêtes », déplore-t-il, en implorant les Québécois d’y penser à deux fois avant d’inviter une personne vulnérable vivant seule à la maison.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.