/finance
Navigation

Télétravail et finances personnelles : des réponses à vos questions

Coup d'oeil sur cet article

TÉLÉTRAVAIL : LES DÉDUCTIONS FISCALES POUR FRAIS DE BUREAU  

  • Question de Jacques   

Je suis en télétravail depuis le début de la pandémie. Ai-je droit à certaines déductions pour frais de bureau dans ma prochaine déclaration d’impôt ?

Il y a quelques jours, l’Agence du revenu du Canada (ARC) a donné des indications à ce sujet. Deux possibilités s’offrent à vous, en fonction de votre situation. 

Tout d’abord, une méthode simplifiée, qui ne nécessite pas que vous fassiez signer un formulaire par votre employeur. « Avec cette méthode, vous pourrez déduire au fédéral 2 $ par jour travaillé à la maison, jusqu’à concurrence de 400 $ pour l’année 2020 », indique Josée Cabral, spécialiste de l’impôt supérieur chez H&R Block. La déduction est la même du côté de Revenu Québec. Ces dépenses d’emploi seront soustraites de votre revenu total.

• À lire aussi: Le crédit, le diable de vos finances?

Si vous avez des frais plus importants, alors vous pourriez utiliser la méthode détaillée. Au fédéral, vous devrez remplir et faire signer le formulaire T2200S par votre employeur. Au provincial, il s’agit du formulaire TP-64.3.

Dans ce cas, vous aurez la possibilité de déduire un certain pourcentage de vos dépenses, au prorata de l’utilisation de votre domicile. Ainsi, si vous utilisez pour travailler une pièce dans votre 4 1⁄2, vous pouvez déduire 25 % du loyer. Il en va de même pour l’électricité, le chauffage, etc. En revanche, si vous utilisez votre ligne téléphonique et internet la moitié du temps pour le travail, vous pourrez déduire 50 % de la facture. 

Voici un exemple de calcul détaillé :  

  • 900 $ de loyer x 9 mois x 25 % (une pièce dans un 4 1⁄2) = 2025 $  
  • 75 $ d’électricité x 9 mois x 25 % = 168,75 $  
  • 150 $ de téléphone et internet résidentiel x 9 mois x 50 % = 675 $  
  • 200 $ de fourniture de bureau (stylos, papiers, encre pour imprimante)    

Total des dépenses admissibles : 3068,75 $. 

Au fédéral, la déduction sera de 552 $ (taux marginal de 18 %) et au provincial de 614 $ (taux marginal de 25 %).

Sachez que l’ARC propose une calculatrice sur son site internet pour faciliter la tâche des contribuables (Dépenses de travail à domicile pour les employés).

FAUT-IL DÉCAISSER SES FERR LE PLUS VITE POSSIBLE ?  

  • Question de Thérèse   

J’ai 73 ans, et même si je n’en ai pas besoin, je compte décaisser mes FERR le plus rapidement possible, afin qu’ils soient épuisés à mon décès. En effet, mon taux d’imposition actuel est de 37,12 %, mais s’il reste des FERR après ma mort, ce taux montera à 53,31 %. Qu’en pensez-vous ?

Elizabeth Hardy, conseillère en placement et planificatrice financière de la Financière Banque Nationale – Gestion de patrimoine, indique qu’il y a plusieurs volets à votre question. 

Tout d’abord, assurez-vous que votre taux d’imposition sera bel et bien de 53,31 % à votre décès. 

« Selon les tables d’impôt 2020, ce taux s’applique lorsqu’on a un revenu imposable de plus de 214 368 $. Mais attention, il est calculé sur chaque dollar supplémentaire au-delà de 214 368 $ et non pas sur la totalité », précise-t-elle.

Par ailleurs, si vous retirez des sommes importantes de vos FERR, évaluez quelles seront les conséquences fiscales potentielles. En augmentant ainsi vos revenus, vous pourriez perdre des crédits tels que la TPS, mais aussi le Supplément de revenu garanti, si vous y aviez droit. 

Enfin, les FERR sont effectivement imposables au décès, à moins qu’ils puissent être « roulés » au conjoint. En revanche, le CELI ne l’est pas. 

Si vous n’avez pas de conjoint à qui « rouler » vos FERR, une bonne stratégie consiste à trouver un équilibre entre effectuer des retraits de votre FERR avec votre taux d’imposition actuel de 37,12 % et maximiser votre CELI. Si vous n’avez jamais cotisé à celui-ci, à 73 ans, vous disposez de droits inutilisés s’élevant à 69 500 $, et en 2021, un nouveau droit viendra s’ajouter.

Un comptable pourra vous aider à trouver la meilleure façon d’équilibrer les avantages et les inconvénients reliés aux retraits dans vos FERR, en fonction de vos revenus et des montants dont vous disposez. 

« Faites bien vos calculs, car l’espérance de vie ne cesse d’augmenter et vous pourriez vivre bien plus longtemps que vous ne le pensiez ! » prévient Elizabeth Hardy.  

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.