/weekend
Navigation

[CRITIQUE] Cyberpunk 2077: tout ça pour ça?

Cyberpunk 2077
Photo courtoisie

Coup d'oeil sur cet article

C’était probablement le jeu le plus attendu de l’année. Et c’est rapidement devenu la plus grande déception des 12 derniers mois. Même après près d’une décennie de développement, force est de constater que Cyberpunk 2077 aurait nécessité une période d’incubation plus longue... Beaucoup plus longue, même, tant il est inachevé.

• À lire aussi: Sony retire le jeu vidéo Cyberpunk 2077 de sa boutique numérique

Difficile de faire une réelle critique de Cyberpunk 2077 tant le jeu est criblé de bogues. Ça, tout le monde le sait déjà, le sujet ayant fait couler énormément d’encre depuis son lancement, il y a une semaine. 

Problèmes de son, d’image, plantage... Si certains des problèmes accablent surtout les joueurs s’y adonnant sur PS4 ou Xbox One, les consoles de nouvelle génération ne sont pas pour autant épargnées, comme a pu le constater Le Journal en se prêtant à l’exercice sur PS5. 

Cyberpunk 2077
AFP

Le développeur CD Projekt Red est d’ailleurs allé jusqu’à présenter ses excuses aux joueurs plus tôt cette semaine, leur offrant du même souffle la possibilité de se faire rembourser leur achat, offre que plusieurs ne se sont pas fait prier d’accepter. Pour les plus patients, des mises à jour seront lancées au fil des prochains mois, promettant de régler certains problèmes récurrents. 

Bref, on a l’impression, même après de nombreuses heures de jeux, de ne pas avoir réussi à toucher le cœur de Cyberpunk 2077 tant notre expérience a été cahoteuse. Et ce qu’on a pu entrevoir de la vraie nature de cette tant attendue offrande... ne nous a guère impressionnés. 

Complexe et brouillon

On nous transporte ici en plein cœur de Night City, mégalopole rongée par le crime et la corruption. Incarnant V, un héros (ou héroïne, au choix) mercenaire prêt à tout pour gravir les échelons de cette dystopie. 

Cet univers, un monde ouvert qu’on explore librement au fil de quêtes diverses, est aussi vaste qu’il est dense. Et il est particulièrement aride, ne dévoilant pas tous ses secrets d’entrée de jeu... ni même après quelques heures d’exploration. 

Ainsi, on passe un temps impressionnant à amasser différents objets (munitions, argent de poche, mais également quelques trucs plus saugrenus comme différents modèles de godemichés [oui oui !], par exemple) sans trop savoir à quel escient ils pourront être utilisés. 

Et quant au visuel... disons qu’on s’attendait à beaucoup, beaucoup plus. Le résultat ressemble davantage à un jeu qui aurait pu paraître sur les consoles d’il y a 10 ans, si ce n’est plus. 

Est-ce que les mises à jour promises permettront de redorer le blason de ce Cyberpunk 2077 ? Peut-être. Mais reste à savoir si les joueurs seront assez patients pour ne pas jeter l’éponge d’ici là.  

  • Cyberpunk 2077 (2/5)  

Disponible sur PS4, PS5, Xbox One, Xbox Series X et PC